Harga vers l’Espagne : le lourd sort d’un couple d’Algériens

Espagne – L’immigration clandestine a, de nouveau, eu raison de certains Algériens qui ont choisi la voie de la harga pour tenter de bâtir un meilleur avenir, sans songer aux conséquences qui peuvent en découler. Dzair Daily vous dévoile dans cette édition du vendredi 20 mai 2022 le triste sort de ce couple qui a tenté de rejoindre l’autre rive de la méditerranée à bord d’un bateau.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le phénomène de la harga a repris de plus belle depuis le début de cette année 2022. Et avec l’arrivée du mois de mai les choses n’ont fait que s’aggraver. Sachant qu’avec l’amélioration des conditions climatiques, un bon nombre d’Algériens ont mis le cap vers l’Espagne ou la France par voie de Harga, sans pour autant prendre conscience des dangers.

Il est à noter que plusieurs personnes ambitionnent de construire un avenir meilleur pour elles et leurs familles. Notamment en Algérie, où une grande partie des jeunes songent à poursuivre leurs études ailleurs que dans le pays. Cela, dans le but de découvrir d’autres pays et de bénéficier d’un meilleur encadrement pédagogique auprès des meilleures universités et écoles au monde.

Cela dit, on trouve une autre partie qui ont dû se tourner vers la harga à bord d’une embarcation de construction clandestine. Ce qui pourrait les confronter au risque de perdre leur vie. D’autant plus que cette réalité ne frappe pas seulement les jeunes et les chômeurs. Mais aussi, des candidats de tous les horizons et tous les âges. Des couples et même des familles toute entières tentent cette escapade.

Harga vers l’Espagne : une femme algérienne perd la vie au large de la méditérannée

Cependant, même si certains arrivent à gagner l’autre rive de la méditerranée; une grande partie de ces voyageurs finissent par être portés disparus. Ou même par perdre la vie. Comme le cas de ce jeune couple d’Algériens. La femme, étant enceinte de 8 mois, a été retrouvée morte. Tandis que son époux a été transmis d’urgence à l’hopital en Espagne.

Ce triste incident a été rendu public par Francisco José Clemente Martin, samedi dernier. Il s’agit d’un membre du Centre espagnol de recherche des personnes disparues (CIPIMID). Ces deux individus faisaient, en fait, partie d’un groupe de douze personnes. Tous ont risqué leur vie pour tenter de jouir d’un avenir meilleur dans un pays européen.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes