AccueilPolitiqueGéopolitiqueGroupe d'amitié France Algérie : un député de l'extrême-droite nommé vice-président

Groupe d’amitié France Algérie : un député de l’extrême-droite nommé vice-président

Géopolitique – Dans le cadre de la reprise de la relation de confiance entre les deux pays, un député de l’extrême-droite vient d’être nommé vice-président du groupe d’amitié France Algérie. L’équipe Dzair Daily relate pour vous l’essentiel, dans ce numéro du samedi 31 décembre 2022.

En effet, le doyen de l’Assemblée nationale de l’Hexagone, José Gonzalez, a indiqué sur son compte Twitter une nouvelle, plutôt étrange. Alors qu’il appartient au parti de l’extrême-droite, le député a annoncé qu’il a été nommé vice-président du groupe d’amitié France Algérie. Plus de détails à ce sujet, dans les lignes qui suivent.

Effectivement, connu pour ses déclarations contre l’Algérie, Gonzalez s’est fait remarquer pour son engagement politique auprès de Jean-Marie Le Pen. Ne cachant pas sa volonté de revoir une Algérie française, le parlementaire le fait savoir. Il a auparavant affirmé que la France n’a pas été la source des crimes commis contre l’Algérie. Cela, à l’époque de la colonisation.

S’opposant, à cette occasion, aux propos d’Emmanuel Macron à l’égard du passé qu’il l’unit avec l’Algérie. José Gonzalez a alors déclaré que le président français « a commis une erreur en parlant de crime contre l’humanité ». Toutefois, sa dernière déclaration sur Twitter vient perturber toute sa politique. 

« J’ai l’immense plaisir de vous annoncer que j’ai été nommé Vice-Président du groupe d’amitié France Algérie par le bureau de l’Assemblée nationale ! Cette nomination est le symbole de mon intérêt particulier pour les relations franco-algériennes », a-t-il écrit sur son réseau social.

José Gonzalez : un député de l’extrême-droite fidèle à sa position !

Pied noir, né à Oran où il a grandi jusqu’à ses 19 ans. José Gonzalez a vécu en Algérie pendant la guerre coloniale. Suite à l’accord d’Évian en mars 1962, il a quitté le territoire algérien pour venir s’installer en France où il a trouvé refuge à Marseille. C’est ainsi qu’il s’est engagé en politique en prenant parti à l’extrême-droite. Une politique connue pour ses oppositions contre l’Algérie.

Ne perdant pas en vue son optique, le député se montre confiant de l’image de l’Algérie française. C’est ainsi qu’il a révélé que si on interroge certains habitants du « Djebel », ils diront qu’ils espèrent voir le retour de l’armée française. Face à de tels propos, sa désignation dans un groupe d’amitié ayant pour objectif de rapprocher deux nations a fait l’effet d’une bombe.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici