AccueilSociété et CultureSociétéGrande mosquée d'Alger : Les entreprises pour la nettoyer « introuvables »

Grande mosquée d’Alger : Les entreprises pour la nettoyer « introuvables »

Algérie – Pour les tâches de nettoyage de la grande mosquée d’Alger, il paraît que les autorités peinent à trouver des entreprises en mesure de l’accomplir. 

La qualification à mener l’entretien et nettoyage de la grande mosquée d’Alger pose apparemment problème aux pouvoirs publics, selon ce que rédige le quotidien national Le Soir d’Algérie. Le média d’expression française s’est penché là-dessus le 5 mai dernier. La difficulté est assez importante, si l’on croit la source médiatique. 

Les entités économiques possédant le savoir-faire et les moyens d’accomplir ce rôle primordial font manifestement défaut. L’Agence nationale de réalisation et de gestion de « Djamaâ El Djazaïr » rencontre des obstacles à ce niveau-là. L’instance ne réussit pas pour le moment à dénicher des sociétés au personnel susceptible de mener à bien ces opérations. 

Les diverses parties de la grande mosquée de la capitale algérienne n’arrivent pas encore à tomber sur des opérateurs capables de les entretenir. Les exigences requises en la matière ne se confrontent pas pour l’instant à des candidats qui les remplissent. Les professionnels du secteur dans notre pays semblent déficitaires face à une telle mission. C’est donc ce que l’on apprend par l’intermédiaire de l’organe de la presse écrite.

Djamaâ El Djazaïr : Les spécificités qui justifient les exigences 

Il est normal de se demander quelle est l’exception que représente cet immense lieu de culte musulman érigé à El Mohammadia. Qu’est-ce qui rend complexes les actions d’entretien et de nettoyage ? Pourquoi n’est-il pas simple de trouver en Algérie des prestataires qui s’occuperont efficacement de cette mission. 

La même source explique alors que la mosquée Djamaâ El Djazaïr possède un ensemble de particularités très significatives. Ce sont elles qui compliquent la conduite de ces opérations. Pour illustrer ses propos, le journal évoque un exemple. Il cite, dans ce sens, les tapis de la salle de prière. Un effectif qualifié muni d’un équipement spécial leur est indispensable, conclut LSA.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes