AccueilÉconomieÉnergieGazoducs en Afrique : l'Algérie en tête du classement

Gazoducs en Afrique : l’Algérie en tête du classement

Actualité – Au niveau de l’Afrique, l’Algérie réussit à détrôner toute nation dans le classement des plus grands fournisseurs d’énergie par gazoducs. Le reste des détails est à découvrir dans les lignes qui suivent. 

Les sanctions sur les exportations russes ont offert au territoire algérien le statut de partenaire énergétique majeur de l’Europe, qui a toujours dépendu de Moscou pour son approvisionnement en énergie. Ils sont en effet de plus en plus nombreux à se tourner vers lui pour pallier l’importante diminution des importations de la Russie. C’est ainsi que l’Algérie caracole en tête du classement du transport par gazoducs en Afrique. 

Il s’agit là effectivement de ce qui ressort d’un rapport publié par l’organisation basée à San Francisco, Global Energy Monitor. Selon ses précisions, le sol algérien possède le plus long réseau de gazoducs en exploitation du continent africain avec une longueur de 13.630 kilomètres.

À cet effet, Mohamed Arkab, ministre de l’Énergie et des Mines, a livré une déclaration. Le quotidien Algérie Eco l’a reprise ce mardi 20 décembre 2022. Le membre du gouvernement a déclaré que le pays fait figure d’ogre dans le secteur de la fourniture d’énergie. 

Un statut qui lui permet, selon le responsable, d’être en outre un fournisseur fiable d’électricité à haut rendement. Il a indiqué, dans le même volet, que l’Algérie détient une capacité de production d’électricité considérable. 

« Elle est estimée à plus de 25.000 mégawatts », a-t-il précisé. Un chiffre qui offre de la sorte au gouvernement la possibilité d’instaurer un volume journalier de 10.000 sur le marché régional à l’export. C’est ce qu’a encore indiqué Arkab, cité par le susdit média francophone. 

Transmission électrique par voie terrestre : l’Algérie se veut être la major africaine 

Se félicitant du progrès du domaine énergétique atteint par l’Algérie, Mohamed Arkab a dévoilé le nouvel objectif de son département. Celui de développer une large infrastructure de transmission électrique. En plus d’un réseau entre le territoire national et la rive nord de la Méditerranée

Il a évoqué notamment le projet de construction de la canalisation Algérie-Sardaigne Galsi. Le même ministre a alors souligné que le gazoduc en question sera destiné à exporter des quantités supplémentaires de gaz naturel vers l’Europe. Cela jusqu’à ce que la mise en place d’un véritable marché concurrentiel de l’hydrogène vert soit enfin effectif. 

Une nouvelle voie que le gouvernement ambitionne d’emprunter pour renforcer sa participation au système commercial mondial. « La filière de l’hydrogène vert permettra à l’Algérie de développer plusieurs projets de collaboration et de coopération avec l’Allemagne ». Il est toujours question des précisions du ministre. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici