Frontières, vols et billets d’Air Algérie : ce que propose un député

Algérie – Un député s’est exprimé au sujet de l’ouverture des frontières, du nombre de vols opérés et des billets vendus par Air Algérie. Dzair Daily vous expose les détails, ce 6 août 2021.

En effet, le député Mohamed Hani a répondu présent hier à l’interview accordée par le site TariqNews. Le député s’est longuement exprimé au sujet de l’ouverture des frontières ainsi que le nombre de vols et billets vendus de et vers l’étranger, notamment par la compagnie aérienne nationale, Air Algérie. Il a également été question de discuter le nombre de vols en circulation. Pour permettre à un grand nombre de ressortissants algériens de rejoindre leur pays. 

Ainsi, le président de la commission des affaires étrangères à l’APN, a abordé certains points lors de cette entrevue avec le média précité. Il s’est dans un premier temps penché au sujet de l’ouverture complète des frontières. En fait, il a appelé à augmenter le nombre de dessertes vers l’Algérie. C’est afin de profiter à un grand nombre de la diaspora de pouvoir se rendre en Algérie.

Il propose comme solution d’augmenter le nombre de vols à 5 ou 6 navettes par jour. C’est afin de faciliter l’accès au pays pour les Algériens établis à l’étranger. Néanmoins, il souligne qu’il ne s’agit pas seulement d’une décision qui dépend des autorités algériennes. Puisque là où ça coince selon lui, c’est du côté européen. Afin qu’il y ait réciprocité, il faut l’accord du deuxième parti. Soit, de l’autre côté de le Méditerranée. Afin d’égaler le nombre de vols effectués en allers-retours des deux côtés. 

Le député propose de procéder à l’ouverture des frontières maritimes 

Le même député a également exposé une deuxième solution envisageable afin de permettre à un maximum de personnes de retourner chez eux, en Algérie. Celle d’ouvrir les frontières maritimes. Il explique qu’un avion a la capacité de transporter entre 250 et 300 passagers. Tandis qu’un navire lui peut aller jusqu’à transporter 1.300 voyageurs. 

Il suggère vivement de programmer des dessertes maritimes depuis la ville côtière espagnole, Barcelone. Ou encore à partir de Marseille. Tout en réalisant des tests de dépistage anti-covid durant la traversée. Il enchaine en indiquant qu’une seule desserte maritime égale 5 vols à peu près effectués dans les airs. 

Pour clore son discours, le membre du parlement à rappeler par ailleurs, que la fermeture des frontières algériennes précédemment, avait empêché la circulation du virus lors de la toute première vague en Algérie. D’après lui, ça a prouvé au monde entier que cette stratégie adoptée permettait de prévenir à sa propagation.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes