Frontières, vaccin obligatoire contre le Coronavirus en Algérie : Berkani délivre ses impressions

Algérie – Le Dr Bekkat Berkani, qui est membre du Comité scientifique de suivi de l’épidémie du Coronavirus, est revenu sur l’obligation du vaccin et d’un contrôle rigoureux au niveau des frontières dans la situation présente.

En effet, alors que la situation sanitaire liée à la propagation du nouveau variant Omicron du Coronavirus devient de plus en plus inquiétante, notamment, en Algérie, avec la détection du premier cas, cela dit, les spécialistes se veulent plutôt rassurants, mais ils estiment qu’il serait plus judicieux d’exiger le vaccin et de renforcer les contrôles au niveau des frontières.

Au fait, d’après cet entretien qu’a accordé le président du Conseil de l’ordre des médecins, Dr Bekkat Berkani à TSA Algérie, l’expert s’est montré assez soucieux de la lenteur du processus de vaccination contre la Covid-19 sur le territoire DZ. Ainsi, pour faire face à ce nouveau variant, il a plaidé pour l’instauration de la vaccination obligatoire.

En sus, il a précisé qu’étant donné que ce variant a été ramené de l’extérieur du pays; que c’est « le contrôle aux frontières qui doit être rigoureux en lui-même ». En ajoutant que « ce qui se passe actuellement c’est qu’avant d’embarquer sur un avion ou dans un bateau, il faut avoir été vacciné et être muni d’un test PCR de moins 36h en plus d’un test antigénique à l’arrivée. C’est comme cela qu’on a détecté le seul cas Omicron à nos frontières ».

Coronavirus en Algérie : Berkani plaide pour la vaccination de tous

En outre, il est vrai que le variant Omicron du Coronavirus s’est déjà propagé à une vitesse assez importante; hors Algérie. Cela dit, à l’exception d’un seul cas de décès en Angleterre, aucun autre cas grave n’a été détecté. Seulement, dans cette entrevue, Berkani livre plutôt ses craintes quant à la prise en charge des hôpitaux dans le pays.

De ce fait, selon le spécialiste, la solution réside dans la vaccination des concitoyens DZ contre la Covid-19. D’autant plus qu’il a précisé qu’ « actuellement, on manque de places dans les hôpitaux, il y a un problème. Il y a des malades qui se plaignent de ne pas trouver de places. Il y a un décalage entre les décisions et les actes ».

Par conséquent, pour les voyageurs qui craignent un retour vers la fermeture des frontières avec l’Algérie, aucune annonce n’a jusque-là été faite. De plus, les experts estiment qu’il est trop tôt pour en tirer des conclusions. Cela dit, ils appellent à la vaccination et surtout au respect des différents gestes barrière et des mesures de sécurité.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes