Frontières – suspension des liaisons d’Algérie Ferries : Alicante impactée

Algérie – La compagnie maritime, Algérie Ferries, subit de plein fouet les répercussions économiques de la pandémie de Coronavirus et les conséquences de la fermeture des frontières, enfonçant ainsi les commerçants d’Alicante dans une crise profonde.

Quelle que soit la taille ou le secteur d’activité, le sinistre sanitaire actuel n’a épargné aucune entreprise. Plusieurs pays en proie à une deuxième ou troisième vague de la Covid-19 se heurtent aujourd’hui aux exigences de cette période de mauvaise conjoncture. Et la suspension d’Algérie Ferries, qui est une mesure préventive liée à la fermeture des frontières, semble avoir un lourd impact sur les commerçants d’Alicante, en Espagne. 

Selon les économistes, le monde pourrait ne pas renouer avec une vie d’avant-crise avant quatre ans, dans les scénarios les plus optimistes. Un constat inquiétant pour les entreprises publiques qui font face à des déficits budgétaires colossaux, à l’instar du navire d’Algérie Ferries. Les pertes de ce dernier s’élevaient à environ 9 milliards de dinars en 2020. 

Il sied de noter que la compagnie étatique de transport maritime n’opère plus de traversées. Elle a mis sa flotte à l’arrêt depuis plus d’un an maintenant. Pour l’heure, sauf heureuse surprise, Algérie Ferries planche sur la programmation d’une éventuelle reprise en fonction des situations envisageables. Elle table en outre sur le soutien de l’État pour remédier aux déséquilibres de sa balance courante. 

Fermeture des frontières maritimes en Algérie : Alicante lourdement touchée !

En effet, le décret temporaire relatif au verrouillage de l’espace maritime, mis en place par le président Abdelmadjid Tebboune, a eu un impact négatif sur l’autre côté de la Méditerranée. La suspension des liaisons entre Oran et Alicante a conduit à des pertes financières considérables pour les commerçants de la capitale de la ville du Levant espagnol. 

C’est effectivement ce que relate le média spécialisé Visa Algérie. Il mentionne l’information dans son édition du 02 mai 2021. Selon ce qui a été rapporté, la ville d’Alicante n’est pas la seule à encaisser le retentissement de la fermeture des frontières algériennes. D’autres villes de la communauté de Valence, telles qu’Elche, en payent aussi les frais. 

Il faut savoir qu’avant l’ampleur qu’a prise la pandémie, Algérie Ferries multipliait les liaisons entre Oran et Alicante. Elle effectuait 120 escales par an. Le pavillon national débarquait à la ville espagnole avec 1200 passagers et 300 véhicules, dont plusieurs fourgons de transport de marchandise. 

Selon la même source, chaque desserte générait environ un million et demi d’euros d’achats dans les magasins commerciaux d’Alicante et des villes alentours. Mais actuellement les finances sont mises à nu. Depuis la suspension du trafic maritime algérien en mars 2020, la ville portuaire de la Costa Blanca endure une perte de 188 millions d’euros.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes