21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
mardi, 18 juin 2024
- Publicité -
AccueilGuide VoyagesFrontières et reprise des vols d’Air Algérie : le coup de gueule...

Frontières et reprise des vols d’Air Algérie : le coup de gueule d’un spécialiste

Publié le

- Publicité -

Algérie – Un responsable s’est exprimé, récemment, sur l’ouverture des frontières et la reprise des vols d’Air Algérie. On vous présente ci-dessous les propos du spécialiste. 

En effet, le Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) s’est manifesté, hier. Cela, à l’issue d’un entretien accordé au site spécialisé Visa Algérie. On va vous rapporter, aujourd’hui 15 août 2021, les dires du médecin concernant la reprise des vols effectués par la compagnie aérienne nationale Air Algérie.

À cet égard, le spécialiste de la santé a confié qu’il fallait « laisser les Algériens rentrer chez eux ». Cependant, l’intervenant précise qu’il faudrait que cette résolution soit accompagnée du « respect du protocole mis en place ». Le président du SNPSP continue en proférant que dans certains pays « cela se passe le plus normalement du monde ».

- Publicité -

C’est-à-dire que « des gens entrent et sortent, mais dans le respect des mesures ». Selon le même locuteur, l’État « a mis en place un protocole sanitaire qu’on est censé respecter ». Il n’y a donc « aucune excuse et aucune raison d’empêcher les Algériens de rentrer chez eux, soit pour voir leurs familles ou pour apporter de l’aide ». 

Le président du SNPSP ne comprend pas la décision de maintenir une ouverture partielle

Effectivement, c’est plus ou moins ce qu’a déclaré le médecin lors de la même interview. « Je le dis clairement : je ne vois pas pourquoi cette interdiction est imposée aux Algériens ». Cela, « alors qu’on se vante d’avoir mis en place toutes les conditions à travers un protocole sanitaire aux frontières qui assure une rupture des contaminations à ce niveau-là », confie l’intervenant. 

C’est pourquoi, le docteur Lyes Merabet a suggéré de « revenir au bon sens ». Le « respect du protocole sanitaire et contrôler ceux qui rentrent et sortent au niveau des frontières » seraient plus adéquat. Cela, comparé à ce qui s’applique de nos jours.

- Publicité -

C’est-à-dire le maintien d’une ouverture partielle des frontières avec pas plus d’une quinzaine de navettes par semaine. C’est aussi ce qu’a soutenu, samedi, le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP).

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -