AccueilGuide VoyagesFrontières Françaises : Les couples Franco-Algériens bientôt réunis ?

Frontières Françaises : Les couples Franco-Algériens bientôt réunis ?

Algérie / France – Bonne nouvelle pour les couples Franco-Algériens séparés depuis plus de six (6) mois en raison de la conjoncture sanitaire liée au Coronavirus,  la France devrait bientôt ouvrir ses frontières pour eux afin de leur permettre d’enfin se retrouver. 

Les couples Franco-Algériens non-mariés qui n’ont aucune reconnaissance administrative de leur relation attendent depuis la mi-août leur sort, toutefois, la France a décidé d’ouvrir ses frontières pour eux afin de permettre leurs retrouvailles. Et ce, en mettant à leur disposition des « laissez-passer », rapporte France Info.

Ainsi, les couples binationaux « non-mariés; non pacsés et qui n’ont pas fait reconnaître leur concubinage » pourront enfin bénéficier des premiers « laissez-passer ». Ces derniers seront délivrés « en fin de semaine, début de semaine prochaine ». C’est en tout cas ce qui ressort d’une déclaration du secrétaire d’État français aux Affaires européennes à la même source. 

Ladite procédure spéciale en faveur de plusieurs couples Franco-Algériens qui se sont retrouvés dans l’impossibilité de voir l’un l’autre en raison de la fermeture des frontières de la France et la suspension de vols a été jugée de non « satisfaisante » et même « trop lente »; indique le même responsable.

Les couples Franco-Algériens devraient prouver la réalité de la relation

Notons par ailleurs qu’afin de pouvoir bénéficier de ce document dérogatoire; les couples Franco-Algériens séparés depuis plusieurs mois sont dans l’obligation de prouver la réalité de la relation auprès des services français de l’immigration. 

En effet, pour ce faire; les couples devraient impérativement prouver que la relation existe depuis pas moins de six (6) mois. C’est-à-dire à la date de la fermeture des frontières, soit depuis au moins 15 septembre 2019. Rappelons que c’est ce qu’a indiqué le Consulat général de France à Alger.

Pour mémoire, il s’agira donc de prouver l’existence d’activités communes entre les personnes concernées par la procédure. À titre d’exemple, la preuve de précédents séjours en France. Les autorités concernées exigent également d’autres papiers.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes