Devise Algérie

Fermeture des frontières : Baissent les transferts de devises vers l’Algérie

0
transferts devises Algérie
S'abonner :

Algérie – Les remises migratoires ont un impact positif sur les pays à revenu faible et intermédiaire tel que l’Algérie, mais selon la Banque mondiale, ces transferts de devises ont chuté de 20% en 2020 en raison des frontières verrouillées par la Covid-19.

Les chiffres de la Banque mondiale (BM) concernant le volume annuel que prennent les transferts de fonds en devises des migrants dans leurs pays d’origine, à l’image de l’Algérie, font état d’un baisse induite par la pandémie qui a imposé la fermeture des frontières à travers le Globe. Le facteur indéniable de ce fléchissement est la crise sanitaire actuelle. Elle a coupé les pans entre les nation. Ainsi, les remises migratoires ont chuté. Telle chute affecte assez fortement les classes sociales défavorisées.

Ce qui est important à retenir c’est l’importance que revêt le transfert d’argent dans les pays en développement. Ces devises envoyées aux familles des migrant contribuent depuis longtemps à l’amélioration de la situation nutritionnelle de la population en état de précarité. Adultes et mineurs inclus. Ces fonds allègent de loin la pauvreté peu importe son milieu. Centres urbains et compagnes comprises. 

Cette crise sanitaire met au ralenti l’activité économique. En conséquence, les transferts monétaires des migrants reculent. Cela concerne plusieurs pays. Que ce soit la France, l’Espagne, le Canada…, etc. Dans ces contrées souvent lointaines de leur “petit chez eux”, les migrants subissent les répercussions de l’épidémie de manière brutale. 

Effectivement, la Banque mondiale a établi ses chiffres. Elle a donc publié son rapport le 22 avril. Les remises envoyées par les travailleurs migrants dans leur pays d’origine devraient donc s’établir à 445 milliards de dollars cette année. Contre 554 en 2020. Ces données montrent bien une chute inquiétante pour les pays en voie de développement.

Réduction brutale et prolongée des transferts de fonds en monnaies fortes : la malnutrition gagne du terrain

La pandémie de Covid-19 a asséné un dur coup à l’évolution de l’économie au niveau mondial. Et elle a entraîné la perte de millions d’emplois dans les pays développés et ceux en développement. Les travailleurs migrants, qui alimentaient leur pays en devises, sont les plus concernés. Et ils sont les plus exposés aux pertes de revenus. La raison en est qu’ils travaillent dans les secteurs les plus affectés par le durcissement des restrictions sanitaires.

On peut, de façon non exhaustive en fait, citer : La restauration. Le tourisme. Les transports et la construction. Ces pertes de revenus ont des conséquences indirectes dans le monde entier. Pareil amoindrissement des ressources met en danger d’innombrables familles des zones rurales. Le 16 juin dernier, à l’occasion de la journée internationale des envois de fonds, le président de la FIDA a alors déclaré que les gouvernements devraient nécessairement prendre des mesures.

Selon la même source, les dirigeants politiques doivent faire tout leur possible, afin de faciliter la circulation des fonds lors des crises, comme celle de la pandémie qui clos les frontières aujourd’hui. La suspension de l’activité des prestataires d’envoi de fonds met en difficulté les familles défavorisées. En effet, des familles entières connaissent un faible accès à la nutrition et autres besoins vitaux.

Article recommandé :  Algérie : Voici les raisons de la baisse du dinar face aux devises (Euro)

Algérie : Numidia Lezoul accusée de régionalisme après ces propos (vidéo)

Article précédent

Cheb Bello dédie une chanson pour Tebboune et le Coronavirus (vidéo)

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.