AccueilGuide VoyagesFrontière : vers la reprise des vols d’Air Algérie à partir d’autres...

Frontière : vers la reprise des vols d’Air Algérie à partir d’autres aéroports ?

Frontière – Vingt-et-un (21) jours après la reprise des vols et le déverrouillage des frontières en Algérie, Ilyes Akhamokh a fait part de la possibilité d’assurer des vols d’Air Algérie à partir d’autres aéroports.

Effectivement, le docteur Ilyes Akhamokh, membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie Covid-19, s’est exprimé au sujet de la reprise des vols. Dans son discours sur l’ouverture de la frontière, le spécialiste a indiqué l’éventualité de relancer les vols de la compagnie aérienne nationale Air Algérie au départ de nouveaux aéroports. C’est de toute manière ce que rapporte le site d’information El Bilad, dans son édition de lundi.

Il révèle cette possibilité 21 jours après la reprise des vols d’Air Algérie, depuis trois aéroports internationaux, à savoir ceux d’Alger, Oran et Constantine. Le docteur prévoit le renforcement de l’activité du transport aérien. Cela, à travers le redémarrage du trafic aérien dans d’autres aérogares. C’est ce qu’a déclaré le même orateur. Néanmoins, ce dernier n’a pas cité les aéroports qui seraient concernés. 

Cette démarche est motivée par l’évolution positive de la situation épidémiologique. Malgré l’ouverture des frontières et l’accueil de 10.000 passagers, seulement cinq (05) cas positifs au coronavirus ont été enregistrés, a rassuré Akhamokh. Il s’est montré, de ce fait, favorable à l’idée de l’abandon du confinement imposé aux voyageurs en provenance de l’étranger.

Les passagers concernés par la mise en quarantaine

Dans le même sillage, le docteur a confirmé que l’Algérie se dirige vers la suppression de la mise en quarantaine. Toutefois, la décision ne concerne pas les passagers en provenance des pays enregistrant une propagation de la souche mutante. Notamment le variant Delta. C’est ce que signale l’intervenant.

D’autre part, Ilyes Akhamokh a précisé que la reprise des vols se fait partiellement et de manière progressive. Le processus s’opère à un tel rythme afin d’éviter l’aggravation de la situation épidémiologique. C’est ce qu’a soutenu le spécialiste, citant ce qui s’est passé en Tunisie. Le nombre d’infections journalières est passé de 0 à 2.000 cas dans ce pays, a averti le même intervenant.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes