France : Voici ceux qui militent pour qu’Éric Zemmour s’érige en président

France – La scène politico-médiatique française s’agite à l’idée d’une candidature à l’élection présidentielle de 2022 de l’écrivain et journaliste, Éric Zemmour, l’un des plus farouches détracteurs de l’immigration des Algériens à l’Hexagone. Un projet électoral que beaucoup « suspectent » et que d’autres réclament en œuvrant à sa concrétisation. 

- Advertisement -

En effet, depuis quelque temps en France, les bruits prévoyant la candidature d’Éric Zemmour, à la présidentielle de l’année prochaine, s’intensifient. Des personnalités françaises ont même affiché leur soutien au chroniqueur et éditorialiste au cas où cela s’avère effectif. Ils l’invitent carrément, non sans insistance, à briguer un premier mandat à la tête de leur pays. 

« L’hypothèse revient sur le devant de la scène », explique-t-on sur le plateau de TMC, une chaîne du groupe TF1. Paul Gasnier, journaliste et chroniqueur pour « Quotidien », l’émission de Yann Barthès, propose de s’intéresser de près, dans le numéro du 30 avril 2021, aux « personnes qui activent leurs réseaux » dans le but de voir le célèbre polémiste succéder à Emmanuel Macron au sommet de l’État français.

Un reportage récapitulatif fait le tour des principales figures en question. Il s’agit alors de celles qui tentent de « conduire » le personnage public controversé à intégrer la course à l’Élysée. Une seule motivation les anime tous. C’est l’espoir d’assister à la victoire « zemmouréenne ». Les visages mis en exergue dans l’émission de la chaîne de télévision sont au nombre de trois.

Un jeune, un vieil homme et une femme : L’auteur du « Destin français » réécrira-t-il le sort de la France ? 

Ils se livrent à une véritable opération de conviction pour faire aboutir leurs desseins électoraux. En tête de liste, on trouve Jacques Bompard, alias « le routier de l’extrême-droite ». Le journaliste de la chaîne de télévision affirme que « ce n’est pas n’importe qui ». Il a participé à la fondation du FN aux côtés de Jean-Marie Le Pen. C’est un ex-membre de l’OAS opposée à l’indépendance de l’Algérie.

L’homme politique est aussi président du parti de l’ultra-droite la « Ligue du Sud ». De surcroît, il est maire d’Orange depuis un quart de siècle. Jacques Bompard mis en place plusieurs comités de soutien pour « obliger », selon sa propre terminologie, Éric Zemmour à se porter candidat. Passons au deuxième qui est beaucoup plus jeune, mais pas moins engagé dans la même voie.

Les signes visibles d’une mobilisation enthousiaste

Il y adhère corps est âme. « Si vous voulez que ça change », un « restaurateur bonapartiste » a la solution pour ça. Selon lui, il suffit de signer la pétition pour la candidature de l’éditorialiste et « ça va changer ». Il est donc question du second activiste qui défend le « scénario » d’un Zemmour président. 

Ce militant s’appelle Morgan Trintignant. Il a crée un collectif baptisé « Les chemises blanches ». Ses actions en faveur du potentiel candidat sont multiples, comme le récent déploiement du portrait géant de Zemmour à Aix-en-Provence. En troisième lieu, on découvre « une femme qui s’active » ardemment pour que le journaliste se transforme en candidat à la présidentielle.

C’est une « énarque de 26 ans ». Elle n’est pas très connue du grand public. Son nom est Sarah Knafo. C’est la « conseillère de l’ombre » du polémiste. Elle l’accompagne partout comme dans la « Convention de la droite ». 

L’éventualité d’un Zemmour au palais de l’Élysée : Quid des rapports franco-algériens ?

En attendant de voir enfin si Zemmour pourrait ou non réécrire le destin de la France, sont nombreux les Algériens qui pensent qu’il réécrit déjà l’Histoire de l’ancienne puissance coloniale. Cela, en les invitant à rendre grâce aux « bienfaits inestimables de la colonisation française de l’Algérie ».

Ce qui est certain par ailleurs est que, dans le cas où Éric Zemmour accédait au pouvoir, les relations franco-algériennes connaîtront d’importants bouleversements. Le dossier de l’immigration des Algériens en France y serait alors central.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes