France : De Villepin propose l’Algérie pour servir de médiateur avec la Russie

France – En vue de désamorcer la guerre en Ukraine, l’Algérie pourrait aider à trouver un accord avec la Russie en tant que médiateur selon le diplomate et ancien Premier ministre sous Chirac, Dominique de Villepin. Retrouvez tous les détails, ce 16 mars 2022.

Au cœur d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine, l’Occident dont la France devrait se tourner vers la solution d’un pays médiateur telle que l’Algérie pour apaiser les tensions, d’après l’analyse de De Villepin livrée à France 2. Cet homme pointant le rôle de l’intervention algérienne dans cette crise était Premier ministre après avoir porté le chapeau de ministre des Affaires étrangères.

Ainsi, l’ancien membre du gouvernement de Jacques Chirac a affirmé que l’Algérie détient une place importante pour relancer la machine diplomatique entre les deux pays. De ce fait, il explique que l’Algérie fait partie des pays « ont des capacités pour faire passer le message ».

Pourquoi donc a-t-il évoqué l’Algérie ? Pour le diplomate de formation, le poids de l’Algérie est indéniable dans le contexte de la médiation. Puisque, il cite à cet effet  un précédent exemple qui remonte à 1998 quand la guerre a éclaté entre l’Éthiopie et l’Érythrée. Dans ce sens, la République algérienne a contribué de manière efficace à la signature d’un traité de paix en 2000.

Invasion de Ukraine par la Russie : comment l’Algérie peut-elle rouvrir les discussions ?

En revenant à d’autres initiatives prises par l’Algérie, on mentionne nécessairement sa contribution dans les négociations à l’égard du nucléaire iranien. Chose qui a été applaudie par les cinq (5) membres permanents du Conseil de sécurité. En plus de l’Allemagne et de l’Iran. Par conséquent, l’Algérie se présente comme un médiateur puissant, d’après De Villepin, pour résoudre le conflit armé actuel dans l’ex-zone de l’URSS.

D’autre part, pour la Chine qui est un allié du président Vladimir Poutine, l’option d’une médiation est à écarter. Puisque, celle-ci est prise en étau entre ses intérêts et « ceux du monde ». Ni même celle de la Turquie ou de la Biélorussie. C’est pourquoi, l’Algérie doit intervenir comme le pays non aligné à aucune organisation telle que l’OTAN ni l’Union européenne. Mais en même temps profite d’une relation renforcée avec la Russie, a-t-il soutenu.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes