France : Vers l’expulsion des mineurs algériens et marocains non-accompagnés

France – Accusés de commettre des « actes qui nuisent à la société », les sans-papiers algériens et marocains qui n’ont pas encore atteint l’âge de la majorité, vivant à l’Hexagone en l’absence de leurs tuteurs légaux, sont dans le viseur du gouvernement de Jean Castex qui s’est résolut à les renvoyer du territoire français.

Le ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a annoncé la décision liée à l’expulsion des Algériens et Marocains mineurs se trouvant clandestinement en France. Il s’agit de ceux dont les familles ne les accompagnent pas. C’est-à-dire qu’ils se retrouvent sur place complétement livrés à eux-mêmes. C’est ce que rapporte le quotidien Ennahar, ce samedi 27 mars 2021.  

Le premier flic de France a fait cette déclaration en marge d’une visite l’ayant conduit dans une ville du Sud-Ouest de l’ancienne puissance coloniale. Gerald Darmanin a en effet révélé la décision d’éjecter les harragas algériens et marocains, qui ne sont ni majeurs ni soumis à une autorité parentale à l’Hexagone, alors qu’il se trouvait à Bordeaux.

| Lire aussi : Harragas d’Algérie vers la France : La frontière avec l’Espagne resserrée ?

Le membre du gouvernement a expliqué le motif de cette démarche décidée par l’État français. Selon les propos du responsable en déplacement dans la cité portuaire, parmi ces mineurs présents en France de façon irrégulière, beaucoup s’adonnent à des pratiques de délinquance qui déstabilisent la tranquillité des citoyens et leur sécurité.   

C’est de toute manière ce que l’on peut tirer des affirmations émises par le ministre Gerald Darmanin. Ce dernier n’a donc pas été réticent à pointer du doigt « le problème particulier des mineurs non accompagnés ». D’après lui, ceux-ci « se sont implantés massivement dans l’agglomération ».

| Sujet connexe : Algérie : Des yachts de luxe pour transporter des harragas en Espagne

L’orateur a clairement assuré que « certains commettent des actes de délinquance ». Plus loin, Darmanin a déclaré l’amplification de la lutte « contre la délinquance » à Bordeaux. En particulier, « contre les trafics de drogue », a-t-il précisé. Il a ainsi dévoilé une mobilisation de 70 éléments de la police nationale de plus à cet effet.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé