AccueilSociété et CultureSociétéFrance : Une députée française veut « sauver » les chrétiens d'Algérie

France : Une députée française veut « sauver » les chrétiens d’Algérie

La députée française « Les Républicains » (LR), Valérie Boyer a réclamé à la France de prendre position concernant la question de la fermeture de quelques églises protestantes en Algérie.

Connue pour ses positions de droite, conservatrice et défenseuse des Chrétiens d’Orient, Valérie Boyer a adressé une lettre ouverte au Premier ministre français (lire la lettre en bas de l’article) dans laquelle elle « s’inquiète » sur « les fermetures abusives des églises en Algérie ».

Ainsi, Valérie Boyer estime que l’Algérie connait une vague de fermeture d’églises depuis des mois : « Ces derniers mois, l’Algérie a été touchée par une nouvelle vague de fermetures administratives d’églises sous prétexte de problèmes de sécurité ou sanitaires ».

Par ailleurs, elle qualifie ces fermetures « d’arbitraires » et soulève la question du respect de la démocratie et des droits de l’Homme en Algérie qui selon elle, sont en danger. « Les autorités et le gouvernement algériens envoient des signaux très négatif concernant l’était de la démocratie et des droits de l’homme dans le pays », précise-t-elle.

« La liberté de culte des chrétiens d’Algérie continue donc d’être menacée et malmenée », ajoute-t-elle.

D’après Valérie Boyer, les chrétiens d’Algérie, dont le nombre serait d’environ « 125 000 soit 0.3% de la population » selon elle toujours, « subissent des persécutions », et demande à son pays, la France de « ne peut pas abandonner les personnes qui souhaitent exprimer leur liberté de conscience ».

La position du gouvernement algérien sur « la fermeture des églises »

Officiellement, le gouvernement algérien a nié toute fermeture d’églises sur le territoire national. En effet, le ministre de l’Intérieur Salah Eddine Dahmoune a affirmé qu’ « aucune instruction n’a été donnée pour la fermeture d’églises activant de manière légale à travers certaines wilayas du pays ».

Le gouvernement algérien considère donc que les « églises fermées » étaient illégales et exerçaient leur foi dans la clandestinité dans des « hangars ».

En outre, Dahmoune a souligné que l’intervention des services de l’ordre pour fermer ces « églises illégales » se veut comme une réponse aux plaintes déposées par des riverains sur des activités « suspectes ».

Voici la lettre écrite par Valérie Boyer au Premier ministre français.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici