France : Un film retrace l’histoire atypique d’un Algérien

France«Good luck Algéria» un film qui retrace la vie incroyable de l’Algérien, Nouredine Bentoumi, un ingénieur qui représente l’Algérie dans les jeux olympiques de Turin, réalisé par Farid Bentoumi son frère. 

Un destin complètement improbable, et pourtant c’est celui de Noureddine Bentoumi qui a été adapté dans un long métrage de son frère. Né en France en 1972, d’un père algérien et d’une mère française; il grandit au cœur des Alpes, dans une fratrie de trois enfants. Sa double culture a été sa force, il passait toutes ses vacances estivales à M’sila, où il apprenait l’arabe et se ressourçait dans son pays d’origine. Quelques années plus tard, c’est un jeune studieux, totalement épris par le sport. Il entame toutefois une carrière d’ingénieur en HP et devient le fondeur de niveau national au Grenoble Université Club, rapporte nordicmag.

C’est en 2005 que son histoire bascule, il contacte la fédération algérienne de ski, pour lui ce n’est qu’un délire sportif, éphémère; mais les choses prennent une plus grande ampleur : « Au départ, c’est un défi sportif. Quelque chose de très personnel. Dès que j’ai mis le doigt là-dedans, j’ai compris l’ampleur du projet. » confie-t-il.  

Ainsi, il devient le seul représentant de l’Algérie en ski de fond; une fierté surtout pendant les courses, où son père était présent : « D’un coup, on t’appelle l’Algérie. Ce n’est plus mon petit défi, c’est une autre dimension : sociale, culturelle, politique… Ce n’est plus vraiment mon histoire » raconte-t-il. 

De là commence un long périple parsemé d’embûches et de travail acharné, les choses n’ont pas été vraiment faciles pour l’athlète; il devait faire face aux critiques de certains, surtout qu’il représentait une petite nation. Néanmoins, il a participé au championnat du monde d’Oberstdorf en 2005, au 50 kilomètres à Turin où il a fait 28 kilomètres et aux championnats du monde de Liberec en 2009. 

Malgré la fin de l’aventure, son destin prend un deuxième tournant décisif lorsque son frère, pourtant diplômé de l’ESSEC; devient réalisateur de cinéma, et son premier long métrage décide de retracer la vie de son frère, Noureddine Bentoumi rapporte la même source. 

«Good luck Algeria», un film retraçant sa vie

Farid Bentoumi décide de faire de la vie de son frère un long métrage nommé «Good luck Algeria». Ce jeune réalisateur de cinéma laissait son frère sceptique quant au succès qui adviendra du film. Toutefois, le rôle de Noureddine sera interprété par le grand acteur Sami Bouajila. À ce propos, il avoue : « Un an après, il m’annonce que le film verra le jour et que Sami Bouajila jouerait mon rôle. Je n’en revenais pas ».

Ainsi, l’athlète, père de trois enfants, se retrouve au centre d’une nouvelle aventure, encore plus profonde. Il devient la doublure de l’acteur qui joue son rôle, voyage en Italie et en Autriche pour étendre ensuite l’aventure sous une forme plus artistique et « se mêle même pour quelques plans aux participants de la coupe du monde de Val di Fiemme ». 

Selon Noureddine Bentoumi, le film est un mélange de valeurs; il alterne entre tradition; culture; identité et famille; des figures aussi importantes les unes que les autres; déclare-t-il au nordicmag. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes