AccueilActualitéFranceFrance : pour se faire expulser, un Algérien incendie un distributeur de...

France : pour se faire expulser, un Algérien incendie un distributeur de journaux

France – Un Algérien, en situation irrégulière, a exprimé son désir de quitter le territoire métropolitain et de se faire expulser en mettant, volontairement, le feu à un distributeur de journaux. 

Si la plupart des sans-papiers font assaut de discrétion pour échapper aux forces de l’ordre et à l’éventualité d’une expulsion imminente, cet individu fait figure d’exception. Submergé par le mal du pays et d’autres émotions liées à sa situation irrégulière ainsi que ses conditions de vie, un Algérien, âgé d’une trentaine d’années, a eu l’idée d’incendier un distributeur de journaux dans l’intention de se faire expulser de la France. 

À la rue après avoir perdu son emploi, l’immigré en situation irrégulière désespérait de ne pas réussir à retourner dans son pays natal. Dépassé par la réalité, le jeune homme a décidé d’anticiper son expulsion. Un distributeur de journaux en a ainsi fait les frais. L’incident a eu lieu, vendredi dernier, dans la gare de Bois-Colombes. Celle-ci est située dans le département des Hauts-de-Seine en région parisienne. 

Alertés par un appel au 17, les policiers ont interpellé l’Algérien résidant illégalement sur le sol métropolitain. L’arrestation musclée s’est déroulée en début de soirée, vers 21h50, nous apprend La Patrie News. Le quotidien francophone relate l’information dans son édition de vendredi. L’interpellé a ensuite comparu devant le tribunal deux jours après. 

« J’étais très perturbé ce jour-là. Quelques personnes ont fait pression sur moi. Je ne les connais même pas, je les connais de vue. C’était indépendant de ma volonté. Si je n’avais pas été aussi anxieux, je ne l’aurais jamais fait ». C’est en effet ce qu’a expliqué le trentenaire, arrivé en France il y a quatre ans. 

L’Algérien reconnaît vivre dans une profonde solitude loin de sa terre natale 

Depuis le box des prévenus du tribunal correctionnel dans le département des Hauts-de-Seine, le futur expulsé de France a claironné son avidité intense de regagner le territoire algérien. « Je meurs d’envie de retourner chez moi en Algérie. Je n’ai plus de logement. J’ai perdu mon travail. Je n’ai plus personne ici », a-t-il reconnu devant la juge. 

Pour sa défense, l’homme en situation irrégulière a alors avoué ne pas avoir trouvé d’autres issues pour se faire expulser. Mettre le feu au distributeur de journaux gratuits de la SNCF constituait, selon lui, l’unique solution. Le prévenu a alors expliqué avoir demandé, sans succès, la restitution de son passeport au commissariat de police de Versailles où il a son adresse postale afin qu’il puisse acheter un billet d’avion. 

Au lendemain de sa comparution devant la juge, le trentenaire a tenu les policiers en haleine au commissariat d’Asnières-sur-Seine. Il a insulté une gardienne de la paix en français et en arabe. Il a opposé de la résistance à un autre fonctionnaire. L’inculpé était tellement violent qu’il en est venu aux mains aux forces de l’ordre. 

Ce qui lui a valu un jour d’interruption de travail. Il a fallu quatre policiers pour parvenir à le maîtriser dans sa cellule. Reconnu coupable, le prévenu a ainsi écopé de huit (8) mois de prison avec un maintien en détention et une interdiction définitive d’accès à la France. Il passera donc sa peine derrière les barreaux avant de retourner dans son pays d’origine. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes