AccueilScoop et PeopleFrance : Lyna Khoudri parle de son amour envers l’Algérie

France : Lyna Khoudri parle de son amour envers l’Algérie

France – La comédienne franco-algérienne Lyna Khoudri parle de son amour envers l’Algérie transmis par son père au cours d’une interview accordée à Middle East Eye. Retrouvez tous les détails à ce sujet dans les lignes de cette édition du mercredi 21 décembre 2022.

Révélée en 2017 pour le rôle de Feriel dans le long-métrage « Les Bienheureux », l’actrice née en France d’origine algérienne, Lyna Khoudri s’est à nouveau fait remarquer grâce à son interprétation du personnage de Nedjma dans le long-métrage qui a suscité de nombreuses controverses, en particulier en Algérie, « Papicha », en 2019.

À l’affiche de « Nos Frangins », elle revient à nouveau sur son parcours et ses inspirations. Et c’est au média suscité qu’elle a apporté les réponses à toutes les questions que peuvent se poser certains. Notamment en évoquant le pays de ses parents, l’Algérie, auquel elle semble très attachée.

Il sied de noter que la jeune femme n’est autre que la fille de Rabah Khoudri. Un ancien journaliste de la télévision algérienne qui a préféré quitter le pays au début des années 90. En effet, avec sa famille, il a opté pour l’Hexagone pour garantir un avenir meilleur à ses enfants. Lyna Khoudri est donc née deux ans après, soit en 1992. Elle est ensuite diplômée en arts du spectacle après l’obtention d’un bac théâtre.

« Mon père m’a donné l’amour de l’Algérie », révèle Lyna Khoudri

En effet, lors de cette même entrevue, Lyna Khoudri a essayé de faire la promotion de son dernier film, « Nos Frangins ». Celui-ci raconte l’histoire de Malik Oussekine. Il s’agit d’un étudiant franco-algérien décédé suite à des coups donnés par trois policiers. L’affaire a eu lieu à Paris durant la nuit entre le 5 et le 6 décembre 1986.

À cet effet, celle qui partage l’affiche avec Reda Kateb, a expliqué que son père lui a été d’une grande aide dans sa carrière professionnelle. Étant donné que ce dernier lui a donné l’amour de l’image. Il lui a même appris les bases des techniques et des plans. Cela dit, elle a, tout de même, tenu à souligner que ce n’est certainement pas lui qui l’a pistonnée pour arriver là où elle est aujourd’hui.

En outre, elle a également précisé que sa carrière s’est faite en France alors que la carrière de son père était en Algérie. De ce fait, Rabah Khoudri ne connaissait ni Rachid Bouchareb ni Mounia Meddour. Ce qui explique que la star du cinéma a bâti sa carrière toute seule. Son père de son côté l’a surtout aidé pour l’amour du cinéma. Mais surtout, l’amour de l’Algérie.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici