France : un portrait en hommage aux Algériens victimes du 17 octobre 1961 vandalisé

France – Voici ce que vous devez savoir sur cette œuvre en hommage aux Algériens victimes du massacre du 17 octobre 1961 détruite. On vous apporte plus de précisions, ce 26 décembre 2021.

En hommage à la répression et au massacre du 17 octobre 1961, un street-artiste en France a peint, il y a deux mois, le visage d’une victime parmi ces Algériens ayant trouvé la mort ce soir-là. Il s’agit du portrait de Ahmed Khalfi. Accompagné de l’inscription « Jeté dans la Seine le 17/10/1961 ».

Cependant, l’œuvre du pochoiriste C215, de son vrai nom Christian Guémy, n’a pas tenu longtemps avant d’être détériorée. C’est d’ailleurs lui-même qui a dénoncé la dégradation d’acte raciste dans un Tweet. Comment une pensée aux victimes algériens à l’égard du crime colonial commis par la France le 17 octobre 1961 pourrait-t-elle perturber certains, déplore C215.

C’est exactement dans une petite rue à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne). En effet, c’est en Ile de France que le peintre a choisi d’ancrer son témoignage. Celui du massacre des Algériens le 17 octobre. C’est-à-dire, à quelques kilomètres du lieu où s’est déroulé le sanglant événement d’il y a 60 ans, à la veille de l’indépendance.

France : la représentation des Algériens victime du 17 octobre 1961 ébranle « les racistes » 

Effectivement, s’attaquer à un portrait en hommage aux martyrs algériens durant la colonisation française ne porte pas uniquement atteinte à la victime. Mais à toute l’Algérie. D’ailleurs, il a souligné que cela doit heurter tous les Maghrébins. À savoir tous ceux qui s’identifient à ce personnage historique à travers le racisme et la répression qu’il a subi. C’est ce que regrette l’artiste.

Ayant fourni beaucoup d’efforts pour ramener Khalfi à la vie à travers son portrait, C215 déplore la réalité de la pérennité du racisme en France. Cela, après qu’il l’a peint à hauteur d’homme pour attester de l’atrocité coloniale de la Cinquième République. Son implication  coïncide avec la 60e commémoration du 17 octobre 1961. Néanmoins, la représentation mémorielle dans un espace public n’a pas encore sa place à l’Hexagone, s’est-t-il indigné dans une déclaration à l’AFP.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes