26.9 C
Alger
26.9 C
Alger
samedi, 15 juin 2024
- Publicité -
AccueilActualitéFranceFrance : Une étudiante voilée crée la polémique à l’Assemblée nationale

France : Une étudiante voilée crée la polémique à l’Assemblée nationale

Publié le

- Publicité -

France – Outrés, des députés de droite à l’Assemblée nationale ont quitté la salle en signe de protestation contre la présence d’une étudiante voilée, vice-présidente de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), Maryam Pougetoux, prise dans un tourbillon de polémique, car on lui reproche la transgression du principe de laïcité à l’intérieur du Parlement en portant le voile islamique (hidjab).

Des députés de droite et une parlementaire de La République En Marche (LREM), parti politique du président français Emmanuel Macron, se sont retirés de la séance d’audition, au niveau de l’Assemblée nationale, dédiée à l’incidence du coronavirus sur la jeunesse en France, en contestation contre la représentante de l’UNEF, l’étudiante voilée Maryam Pougetoux, vêtue d’un hidjab jugé contraire au principe français de la laïcité, et soulevant ainsi une vague de polémique.    

Le quotidien français, Le Parisien, a donc rapporté l’incident ; le 17 septembre dernier. Ainsi et à l’occasion de l’audition de plusieurs acteurs associatifs ; du milieu estudiantin en France, dans le cadre des travaux de la Commission d’enquête ; sur l’impact du Covid-19 sur la jeunesse ; un ensemble de députés ont déserté les lieux ; pour manifester leur indignation.

- Publicité -

L’élu à l’Assemblée nationale ; Pierre-Henri Dumont (Les républicains) dénonce un dépassement ; à l’égard de la laïcité de la part de l’étudiante voilée. « Nous faisons le constat avec regret qu’un syndicat étudiant auditionné ; enfreint le principe de laïcité ; auquel doit s’astreindre notre Assemblée », s’est-il désolé.

De son côté également, Anne-Christine Lang ; députée de LREM, qui a opté pour la même forme de protestation ; et pour les mêmes motifs aussi, a commenté l’évènement ; sur les réseaux sociaux. « En tant que députée et féministe, attachée aux valeurs républicaines ; à la laïcité et aux droits des femmes ; je ne peux accepter qu’une personne vienne participer à nos travaux ; à l’Assemblée nationale en hijab ».

L’étudiante n’a commis aucune transgression ; selon la présidente de la commission parlementaire

Anne-Christine Lang pousse le bouchon plus loin ; en avançant que cet habit, à caractère religieux ; demeure pour elle « une marque de soumission ». En revanche, la présidente de la commission susmentionnée a précisé que l’interdiction de signes religieux ; à l’Assemblée nationale ne s’applique qu’à ses membres. Il y a deux ans déjà, en 2018 en l’occurrence ; rappelle un article du site Visa Voyage Algérie – VVA ; Maryam Pougetoux a été le centre d’une polémique ; autour de l’islam politique.

- Publicité -

La secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes de l’époque ; Marlène Schiappa, avait déclaré : « Ça m’interpelle que l’UNEF ait choisi comme porte-parole une personne qui ; de toute évidence, a des signes manifestes de religion ; d’islam politique en réalité ». La séance s’est enfin de compte poursuivie normalement ; en dépit du retrait des députés-contestataires. Récemment, une étudiante franco-algérienne voilée ; qui a présenté une recette de cuisine ; sur BFM TV, a notamment soulevé un tollé similaire. Elle aussi a été taxée de prosélytisme. 

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -