France : comment avoir un titre de séjour entrepreneur pour les Algériens ?

France – Si vous êtes Algériens et souhaitez travailler en France plus de trois (3) mois, vous pouvez bénéficier d’un titre de séjour entrepreneur pluriannuel. Découvrez, dans notre édition du vendredi 08 octobre 2021, toutes les démarches à suivre pour réussir votre demande et favoriser l’aboutissement de vos projets professionnels. 

La France offre aux ressortissants non européens, notamment les Algériens, le droit d’exercer leur activité sur son sol à travers un titre de séjour entrepreneur. Il porte la mention « Passeport talent–Créateur d’entreprise ». Celui-ci est délivré dans plusieurs situations. Soit aux artistes et désireux de créer une entreprise ou d’investir au sein du territoire français. Il est valable pour une durée maximale de quatre ans et renouvelable. 

Pour en tirer profit, tout intéressé devra déposer, au préalable, sa requête via la plateforme numérique. Celle dédiée à cet effet. À savoir, « Choose France ». C’est du moins ce qu’ont annoncé les autorités françaises, ce mercredi. L’ensemble des demandes seront ensuite soumises au ministère de l’Économie. Et cela, à l’effet d’examiner la nature de l’entreprise et d’obtenir un avis sur la création du projet. 

Le ministère de l’Économie procédera également à l’évaluation du « caractère réel et sérieux du projet de création d’entreprise de chaque candidat ». Il s’agit là en outre de ce qu’ont souligné les autorités françaises. Une fois que la demande aura été approuvée, le demandeur devra impérativement présenter des documents. Ils doivent prouver qu’il remplit les conditions nécessaires à la délivrance du « Passeport talent ». 

Le titre de séjour pour éranger en France « Passeport talent–Créateur d’entreprise » : les exigences recquises 

Pour prétendre à une autorisation de travail en France, les étrangers résidant hors de l’Union européenne (UE) et de la Suisse doivent attester de la fiabilité, du sérieux et de la longévité de leurs projets professionnels respectifs. Ils devront, en priorité, prouver qu’ils disposent d’un investissement d’au moins 30.000 euros. Le cumul de leurs moyens financiers annuels doit correspondre au SMIC Français. Celui du mois d’octobre dernier. 

Soit 19.074 euros. Les concernés seront, de surcroît, tenus de s’acquitter d’une taxe portée à 200 €. Cela auprès de l’Office français de l’immigration et de la citoyenneté (OFII) lors de la délivrance de leur titre de séjour. Aussi, un droit de timbre de 25 euros sera prélevé sur le titre. En plus de l’autorisation de visa long séjour de 99 €. 

Les autorités françaises appellent par ailleurs les candidats à la délivrance d’une carte de séjour entrepreneur à engager la procédure au moins trois mois avant leur arrivée sur le territoire métropolitain. Il convient de rappeler que le chef de l’État français a décidé de diviser par deux le nombre de visas délivrés à l’Algérie et au Maroc. Ceux octroyés aux ressortissants tunisiens diminueront de 30 %.

Cette décision intervient suite au refus des trois pays du Maghreb de délivrer les laissez-passer consulaires. Des documents, faut-il le rappeler, nécessaires au retour des immigrés refoulés de France. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes