Voyageurs Algériens

France : Les centres de rétention débordés par les Harragas Algériens

0
Harragas algériens France
S'abonner :

France – En 2019, les Harragas Algériens sont en tête des migrants à arriver clandestinement en France détenus dans des centres de rétention administrative.   

En effet, en 2019, des milliers de Harragas Algériens ont été retenus dans des centres de rétention administrative (CRA) en France battant ainsi un record triste face aux autres nationalités. C’est en tout cas ce qui ressort d’un rapport rendu public ce mardi 22 septembre 2020, rapporte le site d’informations Algérie Eco.

Ce sont au total 54.000 ressortissants de 144 pays, majoritairement des Algériens arrivés illégalement en France et se retrouvent actuellement enfermés dans des centres ou des locaux de rétention administrative utilisés pour retenir les étrangers auxquels l’administration ne reconnaît pas le droit de séjourner sur le territoire français. 

Ainsi, 15,5 % de la totalité, c’est-à-dire 3798 migrants algériens restent enfermées dans ces centres. Dans le même classement, on retrouve les Albanais en seconde position. À la troisième et quatrième place, se classent les Marocains et les Tunisiens respectivement. Les trois pays du Maghreb représentent ensemble presque le tiers, soit 32 % des nationalités dans les CRA.

Selon certaines sources françaises, la crise sanitaire liée au Coronavirus a ralenti les expulsions vers les pays du Maghreb dont l’Algérie. Ceci, puisque l’Algérie garde ses frontières fermées depuis plus que six (6) mois comme procédure préventive afin d’enrayer la contagion. 

Les centres de rétention français remplis des Harragas Algériens : Voici les statistiques 

Les chiffres du rapport susmentionné suffisent à illustrer cette triste réalité. L’Algérie se retrouve en effet au top 1 (1) dans ce classement des pays dont les ressortissants sont retenus dans des centres de rétention CRA en 2019.

C’est dans le centre de rétention de Marseille que les Algériens dépassent tout. L’Algérie est première sur la liste des nationalités avec un pourcentage de 485, soit 32%. La même chose à Mesnil-Amelot en Île-de-France, l’Algérie toujours en première place avec 12,4%, soit 455 migrants càçilandestins. 

Dans le centre de Lille-lesquin, l’Algérie est encore en tête du classement. Ce sont 363 Harragas là-bas, soit 20,5%. Dans les murs du centre de Nîmes, on retrouve 286 retenus algériens, c’est donc 21,6 % de la totalité. À Lyon-Saint-Exupéry, l’Algérie est deuxième mais avec un nombre toujours élevé. Il s’agit de 265 sans-papiers, soit 18,3% du nombre totale des nationalités.

L’Algérie se classe encore première dans plusieurs centres. À Bordeaux (24,9% soit 110 personnes), Palaiseau (14,7% soit 97 personnes),  Paris-Vincennes (11,2% soit 510 personnes); Perpignan (26,3% soit 150 personnes), Plaisir (15,2% soit 77 personnes); Rennes (13,7% soit 131 personnes); Strasbourg-Geispolsheim (12,7% soit 71 personnes), Toulouse (23,5% soit 310 personnes); Sète (29% soit 103 personnes) et Hendaye (21,1% soit 73 personnes), l’Algérie est toujours en tête. 

Par ailleurs, si on se fie aux données du même rapport des centres et locaux de rétention administrative, on constate qu’aucun Harraga Algérien n’est retenu au centre d’Abymes dans le département de Guadeloupe, ou encore au centre de Guyane. 

Article recommandé :  Algérie : Samir Chaabna s'explique sur son refus de renoncer à la nationalité française

Fourar tacle Raoult : « l’identité du virus importé en Algérie est Française »

Article précédent

Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 23 septembre

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.