AccueilPolitiqueFrance - Algérie : ce que Tebboune et Macron se sont dits...

France – Algérie : ce que Tebboune et Macron se sont dits au téléphone

Politique – Ce dimanche 9 octobre 2022, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu un appel téléphonique de la part de son homologue français, Emmanuel Macron, dans le cadre du renforcement des relations bilatérales entre l’Algérie et la France. 

Par le biais d’un communiqué rendu public ce dimanche, la Présidence de la République algérienne a fait savoir que le président de l’Algérie, Tebboune, s’est entretenu au téléphone avec Macron, chef de l’État de France. En effet, via ce coup de fil, les susdits responsables ont évoqué plusieurs sujets concernant les deux pays.

Selon ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone El Bilad, Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron ont discuté des relations bilatérales et les nouveaux horizons de la relation franco-algérienne. D’ailleurs, les deux hommes politiques ont exprimé leur immense satisfaction quant à la tournure positive qu’ont connu les liens entre Paris et Alger.  

Dans ce sens, Abdelmadjid Tebboune et son interlocuteur ont évoqué la cinquième session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN). On notera, à cet effet, que cette réunion aura lieu à Alger. Et cela, à travers une co-présidence du Premier ministre algérien Aïmene Benabderrahmane et son homologue française Élisabeth Borne. 

Après 132 ans de colonisation, quel chemin les relations franco-algériennes prennent-elles

Ce n’est un secret pour personne, la relation entre l’Algérie et la France est parmi les plus complexes et délicates sur la scène politique internationale. Cela du fait de l’histoire très mouvementée qui a réuni les deux pays. Cependant, les appels téléphoniques et les visites de travail seront-ils capables de mettre les différends historiques aux oubliettes ?

À vrai dire, cela nécessite de redoubler d’efforts, notamment avec une volonté politique ainsi qu’un consentement du public algérien et la population française. Quant à la première condition, les deux présidents ont approuvé leur désir de bâtir un avenir où les embrouilles politiques n’auront pas de place.

D’ailleurs, la dernière visite d’Emmanuel Macron en dit long sur l’évolution des liens algéro-français. Si on admet que cette première condition a été par excellence remplie, serait-ce le même cas pour la deuxième ?

Difficile d’y croire. Cela puisqu’il est question d’un peuple algérien très attaché à son passé glorieux. Les initiatives engagées par Macron, depuis 2017, n’y font rien, loin de là. Lui qui avait formellement décrit la colonisation française comme étant « un crime contre l’humanité ». 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes