AccueilÉconomieÉnergieFrance : l’Algérie pourra-t-elle compenser l’approvisionnement en gaz russe ? Des infos...

France : l’Algérie pourra-t-elle compenser l’approvisionnement en gaz russe ? Des infos tombent

Énergie – Alors que l’invasion militaire russe en Ukraine a fait gonfler les prix du gaz, l’Algérie peut-elle incarner une alternative à la Russie, à laquelle les pays européens comme la France sont dépendants ? Retrouvez des éléments de réponse dans la suite de ce numéro du 27 février 2022. 

En effet, à mesure qu’il fait avancer ses chars sur le territoire ukranainen, le président Vladimir Poutine flambe la facture énergétique des Européens. Le premier exportateur de gaz naturel est à un moins d’un scénario. On verrait le gaz cesser d’être acheminé en Europe. Si les Européens, dont la France, décidaient de se défaire de cette dépendance au gaz russe et se tournaient vers l’Algérie, cette dernière pourra-t-elle approvisionner le Vieux Continent ? 

Dans le détail, en trois jours, l’opération militaire des Russes en Ukraine a provoqué une hausse des prix du gaz. Cela jusqu’à atteindre des niveaux historiques. Effectivement, ce pic a franchi la barre des 40 % sur le marché européen. Par crainte de de voir la flambée opérer davantage, l’UE cherche d’autres alternatives. D’autant plus que Moscou a déjà significativement baissé ses exportations du gaz vers l’Europe.

Les capacités actuelles de l’Algérie ne peuvent pas remplacer à court terme le flux contrôlé par Moscou. D’ailleurs, ni le gaz algérien ni aucun autre pays ne peut compenser le volume russe exporté vers l’Europe. À noter que la Russie achemine annuellement 240 milliards de mètres cubes (m3) vers le Vieux Continent. De ce nombre, environ 190 milliards sont canalisés et le reste est du gaz liquéfié. Il s’agit en tout cas de ce que rapporte le quotidien arabophone Ennahar

Les exportations du gaz algérien dépassent les 55 milliards m3 

La source médiatique susmentionnée a expliqué que l’Algérie dispose de capacités limitées pour augmenter rapidement la production qui pourra remplacer le gaz russe à court terme. Pour l’instant, les européens ne peuvent pas compter sur Alger pour pallier la chute potentielle des approvisionnements venant de la Russie. Le gaz algérien ne sera pas donc d’un grand secours pour remplacer le volume produit par Moscou. 

Selon la même source, le volume des exportations algériennes en matière de gaz a dépassé 55 milliards de mètres cubes. Et ce, au cours de l’année 2021. Notons que cette industrie s’appuie sur des contrats à moyen et long terme. Pour mémoire, l’Algérie est actuellement le troisième fournisseur de gaz en Europe derrière la Russie et la Norvège. Elle fournit le continent selon ce que lui permet ses capacités actuelles.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes