AccueilPolitiqueGéopolitiqueFrance 24 - RFI : Lamamra s’exprime sur les relations franco-algériennes

France 24 – RFI : Lamamra s’exprime sur les relations franco-algériennes

Algérie – Découvrez les déclarations du ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, sur les relations franco-algériennes. On vous rapporte toute l’information, ce 05 février 2022.

Dans un entretien accordé aux deux chaînes de télévision françaises, France 24 et RFI, le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, s’est prononcé sur les relations franco-algériennes. Tendue depuis des mois, la relation diplomatique entre les deux pays semble sortir de la phase de conflit. Puisqu’il déclare que celle-ci est « dans une phase ascendante ».

D’autre part, le responsable du département ministériel du Gouvernement algérien chargé de mettre en œuvre la politique extérieure de l’Algérie s’est penché sur la relation entre les deux présidents. À savoir, entre le président algérien, Tebboune et son homologue français, Macron. Certes, des communications téléphoniques ont régulièrement lieu dans un contexte de confiance. Néanmoins, Lamamra souligne que c’est insuffisant face aux problèmes existants.

Décrivant l’évolution de la relation bilatérale comme étant dans une phase laborieusement ascendante, le MAE algérien a tout de même évoqué la source des conflits. Ainsi, Lamamra a mis en emphase deux points en particulier. Il s’agit de la protection et la préservation de la sécurité et de la dignité des ressortissants algériens. Ceux établis sur le territoire français.

Compte tenu de la sensibilité du sujet sus-cité, l’atteinte à l’histoire, mémoire et dignité du peuple algérien n’en demeure pas moins un facteur de plus grande envergure. Notamment, par rapport à la détérioration des relations entre Alger et Paris, a-t-il détaillé.

Algérie-France : vers la consolidation des liens bilatéraux ?

S’exprimant toujours sur l’apaisement des tensions entre l’Algérie et la France, le chef de la diplomatie algérienne n’écarte pas la possibilité d’une réponse favorable. À savoir, celle de Tebboune à l’invitation par Macron. Ce sera à l’occasion de la 6e édition du sommet Union européenne-Union Africaine. Pour rappel, on prévoit le rassemeblement du 17 au 18 février 2022 à Bruxelles.

Toutefois, après avoir été interrogé sur la réduction du nombre de visas aux Algériens, Lamamra a répondu qu’il est nécessaire d’agir selon la loi et les accords convenus. C’est-à-dire sans sélectivité en imposant un minimum de respect à la dignité humaine. On rappelle que le gouvernement français a décidé de diviser en deux le quota de visas octroyés suite à la non coopération de l’Algérie avec la France pour accueillir les sans-papiers expulsables, a-t-on ajouté.

Finalement, en se penchant sur le passé entre les deux pays, à savoir la guerre de libération nationale, l’Algérie estime à travers ce que révèle Lamamra, qu’on doit laisser l‘Histoire aux historiens. En d’autres termes, il indique qu’on doit aborder la question mémorielle dans un climat d’apaisement. Et ce, « sans acrimonie et sans les accusations qui ne sont pas forcément avérées ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes