AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantFournitures scolaires : voici le budget dont l’Algérien a besoin pour les...

Fournitures scolaires : voici le budget dont l’Algérien a besoin pour les acheter toutes

ÉducationLes affaires d’école, dont le prix est excessivement cher, sont actuellement sur toutes les lèvres. Nous vous invitons à cet effet de découvrir le budget dont tout citoyen algérien a besoin pour se procurer le nécessaire des fournitures scolaires et permettre à ses enfants d’entamer l’année scolaire 2022 – 2023. 

À l’approche de la rentrée des classes, les prix des fournitures scolaires connaissent une flambée spectaculaire cramant ainsi la gestion du budget familial du consommateur algérien. En effet, les augmentations qui touchent les objets des élèves importés vont de 20 à 100 %, au détriment des petites bourses. Les prix d’un simple cartable d’écolier dépasse parfois les 5.000 DA. 

Directement impactés par la hausse du coût du papier sur le marché mondial, les prix des cahiers affichent eux aussi une forte hausse. Face à cette tendance haussière, les associations du consommateur n’ont de cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis le début du mois d’août. Elles avaient justement prédit cette augmentation considérable des coûts des articles scolaires. 

Dans le détail, le montant du prix des affaires scolaires d’un élève du primaire avoisine les 15.000 dinars pour ceux qui préfèrent acheter les fournitures de qualité. Et cela, d’après le témoignage d’un marchand au micro du média DZ News. Concernant les élèves du cycle moyen, le budget varie entre 8.000 et 12.000 DA, selon le même intervenant.

Rentrée scolaire 2022 – 2023 : prix des affaires scolaires pour le cycle secondaire 

Les élèves du troisième palier devront, quant à eux, débourser environ 20.000 dinars afin de pouvoir se procurer toutes les fournitures scolaires nécessaires. La facture est encore plus salée pour les parents qui ont plusieurs enfants scolarisés.

Des prix que beaucoup d’entre eux décrivent comme démesurés et inaccessibles. Effectivement, les coûts affichés par certains commerçants ont vite fait réagir et la difficulté pour les parents à répondre aux besoins scolaires de leurs enfants s’est rapidement fait ressentir.

C’est dans ce contexte que les autorités compétentes ont mis en place des marchés de la Rahma. Et cela, à travers plusieurs wilayas. Leur nombre devra atteindre les 64 points de vente, selon un précédent communiqué du ministère du Commerce.  

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes