Le FMI suggère « plus de flexibilité du dinar algérien » 

Algérie – À la lumière de la crise économique qui sévit, le Fonds monétaire international (FMI) propose au gouvernement un régime de change du dinar algérien flexible. On vous dévoile plus de détails dans ce numéro du 5 octobre 2021.

En effet, notre pays traverse une situation économique difficile. Il a été touché de plein fouet par la crise sanitaire et la chute du prix du pétrole. De ce fait, le Fonds monétaire international a tenu à apporter une série de propositions, afin de faire face au déficit financier. Cela lors par visioconférence avec les autorités de notre pays. Ainsi, le FMI a appelé l’Algérie à donner plus de flexibilité au dinar algérien.

Effectivement, aux yeux de cet organisme international, l’adoption d’un système de change flottant en Algérie est important. De ce fait, le Fonds monétaire international a suggéré aux autorités algériennes une plus grande flexibilité de la monnaie nationale. C’est ce qui ressort du communiqué publié ce lundi, à l’issue de l’achèvement de la mission de consultation du FMI dans notre pays.

Ainsi, la flexibilité assure une meilleure protection contre les chocs externes. Elle donne aussi plus d’indépendance à la politique monétaire. Selon le rapport de l’organisation, ce régime « contribuera à renforcer la résilience de l’économie aux chocs externes et un resserrement de la politique monétaire permettra d’endiguer les pressions inflationnistes ». C’est de toute manière ce qu’on lit sur le communiqué des services du FMI.

Le FMI propose un ajustement budgétaire général

En outre, l’organisme financier a mis l’accent sur la nécessité d’opérer un ajustement budgétaire général. Cette politique monétaire vise à améliorer le recouvrement des recettes, réduire les dépenses et accroître leur efficacité. Elle permettra ainsi de diminuer le déficit budgétaire.

Par ailleurs, l’organisation basée à Washington suggère la suspension du financement monétaire. Telle chose afin d’empêcher l’augmentation de l’inflation. Ainsi que l’épuisement rapide des réserves de change. La recette anti-crise du FMI suppose également la diversification des sources de financement. Notamment, à travers le recours à l’endettement extérieur. Il est toujours question des propositions contenues dans le même document.

Il convient de signaler que Geneviève Verdier qui a dirigé la mission s’est entretenue avec plusieurs responsables du 13 septembre au 3 octobre 2021. Et ce, dans le cadre des consultations 2021 au titre de l’Article IV. Ainsi, elle a rencontré le Premier ministre, Benabderrahmane et le gouverneur de la BA, Fadli. Elle a également rencontré plusieurs autres ministres et représentants du secteur économique, de la société civile et des syndicalistes.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes