Finance islamique en Algérie : quel bilan depuis le lancement ?

Algérie – Depuis quelques mois maintenant, les produits de la finance islamique ont gagné beaucoup de terrain dans notre pays. On vous présente, ce jeudi 14 octobre 2021, le bilan relatif à cette finance fondée sur les principes de la loi islamique.

Le secteur de l’économie et de la finance peinent, depuis quelques années maintenant, à sortir la tête de l’eau. C’est pourquoi, ces derniers mois, le gouvernement a décidé de commercialiser et de diversifier les produits de la finance islamique en Algérie. Une méthode qui a pour but d’encourager les personnes réticentes à épargner dans les banques. Ce qui contribuera à alimenter la masse monétaire dans notre pays. 

Est-ce que cette méthode a vraiment fonctionné ? Et quelles sont les nouvelles statistiques en rapport avec la finance islamique en Algérie ? C’est justement ce que nous allons aborder dans ce numéro de Dzair Daily. En outre, la demande des transactions financières islamiques a beaucoup augmenté. Tout particulièrement au cours de ces cinq derniers mois de l’année courante. 

Sachant qu’il est question d’une augmentation de 16%. Et ce, au niveau des parts de marché des opérations relatives à l’obtention des produits de financement actuellement commercialisés par les banques. À leur tête, le financement immobilier Murabaha et le financement de véhicules par Mourabaha. Des méthodes de financement dites « Halal » qui sont conformes aux principes de la loi coranique. 

On notera aussi que ces services bancaires islamiques ont dépassé les attentes de nombreux analystes économiques et spécialistes de la banque islamique. Allant même à surprendre des experts qui n’ont pas beaucoup misé sur ces nouveaux services bancaires. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk dans son édition de ce mercredi. 

Le succès qu’ont connu les produits islamiques encourage différentes banques à développer ces services « Halal »

Effectivement, plusieurs établissements bancaires ont récolté les fruits de cette nouvelle aventure. Parmi eux, le Crédit Populaire d’Algérie (CPA), la Banque de développement local (BDL), la Banque nationale d’Algérie (BNA). Ou encore la Banque de l’Agriculture et du Développement Rural (BADR). Sachant qu’il était prévu que la part du marché des transactions pour neuf produits n’atteigne pas plus de 10 % d’ici à la fin de l’année.

Cependant, ce rythme accéléré dans l’interaction du public algérien, y compris les hommes d’affaires, les propriétaires de PME et les demandeurs de crédit immobilier, a incité les banques algériennes à augmenter la création d’espaces bancaires islamiques dans un nombre important de leurs agences.

À titre d’exemple, le Crédit Populaire d’Algérie (CPA) a déclaré, récemment, qu’en l’espace de 96 heures, sept (07) nouveaux espaces ont été inaugurés. Et ce, dans les wilayas de M’sila, Relizane, Mostaganem, Saïda, Blida, Ain Aïn Témouchent et Béchar. C’est aussi ce dont nous informe la même source.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes