Finance islamique en Algérie : Al Salam Bank élue meilleure banque

Algérie – Les deux remarquables revues économiques World Finance et The Banker ont effectué un classement des banques. Al Salam Bank est classée comme meilleure banque islamique en Algérie pour l’année 2021.

La banque islamique diffère de la banque classique. Elle se caractérise par son interdiction d’utiliser l’usure. Plusieurs personnes se tournent maintenant vers l’ouverture des comptes dans les banques islamiques. Al Salam Bank vient d’être nommée meilleure banque islamique en Algérie pour cette année. Plus d’informations sont relatées ci-dessous, ce mercredi 14 juillet 2021.

En effet, Al Salam Bank a des performances qui lui ont valu sa place en haut du podium. La banque islamique a prouvé que malgré la pandémie, elle a gardé ses performances. En fin mars, les dépôts de la banque s’élevaient à 141 milliards DA, d’après un article du journal La Patrie News. Son encours de crédit se situait à 107 milliards DA. Le produit net bancaire est évalué à 7,7 milliards de dinars algériens. 

Notons qu’en 2018, dans un classement fait par la revue The Banker, Al Salam Bank a pris la 2ᵉ position dans le classement des meilleures banques islamiques ayant enregistré un meilleur taux de croissance cette année-là. Juste après la banque islamique Ziraat Katilim Bankasi en Turquie. 

L’impact du coronavirus sur la finance des banques

La revue World Finance a évoqué ce sujet dans un document de travail du Conseil islamique des services financiers (IFSB). L’épidémie de la Covid-19 a donné une crise sanitaire intense. Chose qui a influé sur l’économie effective. Ainsi, ses dégâts et ravages ont eu un impact destructeur sur le secteur réel des biens et des services.

Un secteur auquel l’industrie des banques islamiques est fortement liée. l’IFSB explique également qu’avant le coronavirus, l’industrie de la finance islamique avait une forte croissance. Ces actifs avaient augmenté de 14 % en 2019. Un pourcentage qui n’a pas été atteint par la suite, pour cause de la pandémie qui a un impact sur la finance islamique.

« Les restrictions imposées aux déplacements, les pertes d’emplois, la baisse des prix des produits de base… ont extrêmement bouleversé les activités de production et de vente ainsi que les chaînes d’approvisionnement ». C’est ce nous apprend le document, d’après la source citée plus haut.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes