La fermeture des frontières en Algérie a-t-elle protégé le pays de la crise ?

Algérie – La tendance habituelle du membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution du coronavirus en Algérie, Dr Bekkat Berkani, pour la prudence a été encore une fois au rendez-vous dans une nouvelle sortie médiatique, où le médecin a expliqué que la fermeture des frontières nationales nous a été salutaire, en nous évitant une crise sanitaire d’envergure.

Si l’on se fie au membre du Comité scientifique, également premier responsable de l’Ordre des médecins en Algérie, Dr Bekkat Berkani, la fermeture de nos frontières a constitué le socle de notre protection contre la pandémie du coronavirus, en empêchant l’avènement d’une crise sanitaire beaucoup plus importante. Le médecin nous a présenté cette mesure restrictive comme étant une décision salvatrice.

L’intervenant s’est exprimé, hier 18 septembre ; sur la chaîne d’information Echorouk News TV. Berkani est formel : « L’Algérie et les Algériens sont protégés ; tant que les frontières restent fermées ». Autrement dit, leur réouverture n’est pas pour tout de suite. Nous devons patienter encore ; peut-on saisir des propos de l’orateur ; si l’on veut demeurer protégés puisque, selon le spécialiste ; le péril est toujours d’actualité.

Ainsi, l’invité du média arabophone n’a pas hésité à réitérer sa position selon laquelle « les restrictions sur la circulation inter-wilayas ; et la suspension des vols et des liaisons maritimes ont rendu possible la protection des Algériens ». C’est d’ailleurs le but suprême que se fixent les autorités en ce moment ; d’après Bekkat Berkani. À savoir la protection contre le virus.

Le mot d’ordre, chez Bekkat Berkani, reste la « réflexion »

Le président Tebboune a procédé, trois fois, à la rencontre du Comité scientifique ; rappelle le médecin. Le premier ministre, quant à lui, a rencontré la même instance à deux reprises, ajoute l’orateur. Tout cela dans l’optique d’avoir un large angle de vue ; pour mieux scruter la situation sanitaire concrète du pays ; soutient encore Berkani. Cette visibilité a permis, toujours selon lui, une prise de décision optimale.

De celle-ci a résulté une stabilisation notable du bilan épidémiologique de l’Algérie ; stipule l’intervenant. Ce dernier poursuit en soulignant par ailleurs, qu’en matière de frontières, « le problème c’est que les pays où se trouvent la diaspora algérienne, comptabilisent des cas quotidiens élevés de contamination au coronavirus ».

En guise d’illustration ; l’orateur cite le cas de la France. Ce pays, note Berkani, enregistre une dizaine de milliers ; de nouvelles infections au Covid-19 par jour. « Notre priorité c’est de préserver la santé des Algériens ; à l’intérieur du pays ; déclare Dr Berkani au même média. Et donc la reprise [des liaisons, ndlr] doit être étudiée ; afin d’éviter de revenir à la case départ dans notre pays », conclut-il à ce sujet.

https://www.facebook.com/EchorouknewsTV/videos/1255214931494221/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes