AccueilFoot« Ce n'est pas la faute à Slimani » : le journaliste...

« Ce n’est pas la faute à Slimani » : le journaliste algérien Houssam Fodil fustige ses confrères

Algérie – Suite l’accrochage qui a eu entre le joueur Islam Slimani et les journalistes à l’aéroport d’Alger, l’Algérien Houssam Fodil remet la faute sur ses confrères. Ne bougez pas ! Dzair Daily relate pour vous tous les détails, ce mercredi 21 septembre 2022.

En effet, dans le cadre de la nouvelle trêve internationale, les joueurs convoqués par Belmadi se sont rendus sur le territoire d’Algérie. Cela, afin d’affronter la Guinée et le Nigeria lors de matchs amicaux. Toutefois, l’arrivée de Slimani et ses coéquipiers a été au cœur d’une polémique, commentée par le journaliste algérien, Houssam Fodil.

Effectivement, en prévision des prochaines rencontres programmées le 23 et 27 septembre prochains, les Verts se sont rendus à leur pays. Accueillis par les journalistes, les protégés de Belmadi ont choisi la méthode du silence. Ne donnant aucune explication, Islam Slimani a eu un accrochage avec un journaliste présent à l’aéroport Houari Boumediene.

Par ailleurs, le comportement de Super Slim a suscité la colère des journalistes. Ces derniers ont qualifié l’attitude du numéro 13 de l’équipe d’Algérie de « scandaleuse ». Ne rejoignant pas l’avis de ses confrères, le journaliste Houssam Fodil a blâmé les propos circulant sur les réseaux sociaux au sujet de cette affaire.

Houssam Fodil choisi son clan et fustige ses confrères

En effet, dès son arrivé à l’aéroport, les retrouvailles entre Islam Slimani et les reporters ne sétaient pas déroulées comme prévu. Agacé par les journalistes, le pensionnaire du Stade Brestois 29 n’a pas hésité à le faire savoir. C’est ainsi qu’il a poussé un coup de gueule contre les membres de la presse algérienne. « Personne ne vous a demandé d’attendre », a-t-il lâché.

Souhaitant s’exprimer à ce sujet, le journaliste DZ, Houssam Fodil en l’occurrence, a donné son avis. C’est par le biais d’un post sur sa page Facebook que le jeune homme s’est manifesté. « Ce n’est pas la faute de Slimani, mais plutôt la nôtre, en tant que journalistes », a-t-il écrit. Cela avant d’enchaîner en critiquant la manière d’agir de ses collègues.

« Attendez-vous à être traités de la sorte lorsque vous courez derrière les joueurs pour avoir une exclusivité à l’aéroport ». L’intervenant a blâmé le fait que ses confrères n’attendent pas qu’une conférence de presse soit organisée avant chaque match pour pouvoir avoir des informations « dans le calme et le respect ». Il a ensuite conclu en conseillant les journalistes de se respecter afin qu’ils puissent être respectés à leur tour.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes