AccueilÉconomieÉnergie« Exploitation du gaz algérien par les étrangers gratuitement » : les...

« Exploitation du gaz algérien par les étrangers gratuitement » : les dessous du phénomène révélés

Algérie – Retrouvez, dans ce numéro, les dessous de l’affaire de l’exploitation du gaz algérien par les étrangers gratuitement. Dzair Daily dévoile tous les détails à ce sujet, ce mardi 10 janvier 2023. 

Quelques révélations ont été faites concernant l’affaire de corruption qui avait touché Sonatrach, ces dernières années. En effet, les dessous du phénomène de « l’exploitation du gaz algérien par les étrangers gratuitement » ont été dévoilés. Plus de détails sont à découvrir dans les quelques lignes qui suivent. 

C’était lors de la séance du troisième jour du procès à l’encontre de l’entreprise pétrolière et gazière algérienne. Il a été révélé que le géant Sonelgaz et le complexe pétrolier ont été impliqués dans le contournement de la loi algérienne. Et ce, après avoir créé une société temporaire. Sachant que celle-ci leur permettrait d’établir de vastes projets énergétiques à Skikda et Tipaza. C’est en tout cas ce qu’a rapporté le quotidien arabophone généraliste Echorouk dans son édition. 

Ces projets énergétiques devraient se réaliser au profit d’une société canadienne. Cette entreprise étrangère avait tenté sa chance pour acquérir de l’électricité, sous prétexte d’augmenter la capacité de production d’électricité en Algérie. En réalité, c’était afin d’exploiter et de drainer le gaz algérien sans aucune indemnisation. Et sur une durée de 20 ans. Mais ce n’est pas tout !

Une société du Canada profite du gaz de l’Algérie : tout ce qu’il faut savoir

Au fait, la même entreprise avait même bénéficié du plus grand pourcentage dans le projet établi à Hadjret Ennous à Tipaza. Soit de 51 %. En plus de tout cela, l’argent public était en jeu. En effet, à la place de la société canadienne, c’est Sonatrach et Sonelgaz qui ont été chargées de fournir des garanties aux quatre banques algériennes. Et ce, en cas d’échec du projet. 

Dans ce contexte, l’ancien ministre de l’Énergie, Noureddine Boutarfa, et l’ancien PDG du groupe Sonelgaz, Mohamed Meziane, ont dévoilé des détails concernant l’ancien ministre, Chakib Khelil.  « Il donne toujours la « préférence » aux entreprises étrangères au détriment des entreprises publiques algériennes », ont-ils avoué.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici