30.9 C
Alger
30.9 C
Alger
vendredi, 12 juillet 2024
- Publicité -
AccueilPolitiqueExfiltration de l'Algérienne Amira Bouraoui vers la France : Boughali sort de...

Exfiltration de l’Algérienne Amira Bouraoui vers la France : Boughali sort de son silence

Publié le

- Publicité -

Algérie – Après avoir convoqué son ambassadeur en France pour « consultations » sur l’affaire de la militante algérienne Amira Bouraoui, l’Algérie mène son enquête pour connaître la pièce manquante du puzzle, révèle Boughali. Dzair Daily vous en dit un peu plus dans son numéro du jeudi 9 février 2023.

En effet, l’Algérie a annoncé, ce mercredi 8 février, la convocation de son ambassadeur à l’Hexagone au sujet de la militante algérienne. L’affaire porte sur son « exfiltration clandestine et illégale » sur le territoire français. Suite à cela, le président de l’Assemblée nationale populaire (APN), Brahim Boughali s’est exprimé au sujet de l’Algérienne Amira Bouraoui embarquée en France.

Effectivement, après avoir fait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire algérien, la militante des droits de l’Homme et journaliste algérienne s’est retrouvée en dehors du pays. C’est en Tunisie qu’Amira Bouraoui a débarqué avant de s’envoler vers la France. Elle avait auparavant été interpellée par les autorités tunisiennes alors qu’elle s’apprêtait à se rendre à l’Hexagone.

- Publicité -

Peu de temps après, la militante a retrouvé sa liberté par instruction du juge, avant d’être placée sous la protection du consulat français à Tunis. Une « exfiltration » planifiée par l’ambassadeur de France en Tunisie et le colonel des services de renseignements, selon les autorités algériennes. Une pratique vivement rejetée par l’Algérie qui n’a pas tardé à rappeler son représentant diplomatique à Paris pour « consultations ».

Expulsion d’Amira Bouraoui : le président de l’APN s’exprime

En effet, s’exprimant au micro du média arabophone, Ennahar, le président de l’APN a révélé de nouveaux éléments. Interrogé, Brahim Boughali a protesté contre la présence de Bouraoui en France. Qualifiant ainsi cette affaire « d’inadmissible ». « L’expulsion d’Amira Bouraoui hors du territoire algérien est un point d’interrogation. Et les autorités algériennes ont ouvert une enquête pour connaître les parties complices », a-t-il déclaré.

Il sied de noter que le ministère algérien des Affaires étrangères s’est déjà exprimé à ce sujet. Indiquant avoir exprimé dans une note à l’ambassade de France « la ferme condamnation de la violation de la souveraineté nationale par des personnels diplomatiques, consulaires et de sécurité relevant de l’État français ». De son côté, Boughali a indiqué qu’ils attendent l’issue de l’enquête pour prendre une position.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -