AccueilÉconomieAutomobileExcès de vitesse en Algérie : amende de 5 millions et suspension...

Excès de vitesse en Algérie : amende de 5 millions et suspension de permis pour une année

Automobile – En cas d’excès de vitesse, une amende est imposée allant jusqu’à 5 millions de centimes avec suspension de permis de conduire en Algérie. Dzair Daily vous dévoile tous les détails au sujet de ces infractions dans la suite de ce numéro du mercredi 19 octobre 2022.

Vous n’êtes pas sans savoir que les accidents routiers est une réalité qui a pris beaucoup d’ampleur, ces dernières années, dans notre pays. Effectivement, ces incidents de la route sont la conséquence de multiples facteurs. Entre autres, nous pouvons citer l’excès de vitesse qui n’est autre qu’une infraction du code de la route. Une contravention suite à laquelle l’automobiliste doit payer une amende allant jusqu’à 5 millions de centimes en Algérie. 

Mais aussi, le permis du conducteur ayant enfreint la loi serait suspendu par les autorités concernées pour une année complète. Il s’agit d’une mesure qui est entrée en vigueur, en février 2022, dans la loi de circulation. Une précaution qui a pour but de réduire le taux des accidents routiers en Algérie. C’est du moins ce qu’a fait savoir le quotidien arabophone Ennahar dans son édition. 

À travers les ondes électromagnétiques, les radars ont pour mission de détecter la vitesse des voitures passantes. Enregistrant, de la sorte, quelconque excès de vitesse. Parce qu’ils sont placés dans les routes et les axes, ces dispositifs permettront de capter la violation du code de la route. Notamment, au niveau des régions connues pour les accidents fréquents. Il s’agit de ce qu’a dévoilé un expert. 

 Excès de vitesse en Algérie : valeur imposée selon le degré de violation

Après avoir commis une infraction au code avec un excès de vitesse de plus de 20 % et de moins de 30 %, le chauffard devra payer une amende. Celle de 5.000 dinars algériens au minimum. Ainsi qu’une suspension du permis de conduire. Cette violation est dite de troisième degré. 

Quant à l’infraction de deuxième degré, la valeur de celle-ci est une amende de 3.000 dinars algériens. Cette amende est imposée sur les conducteurs ayant commis un excès de vitesse de 10 % et de moins 20 %. Par ailleurs, le nouveau code indique que l’amende serait comprise entre 1 et 5 millions. Avec la suspension du permis du conducteur pour une durée d’un an. Et ce, pour tout excès de vitesse de 30 %. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes