AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantExamen pour le passage du primaire au CEM en Algérie : le...

Examen pour le passage du primaire au CEM en Algérie : le ministre de l’Éducation détaille davantage

Éducation – Le ministre de l’Éducation, Abdelhakim Belabed, apporte de nouveaux détails sur l’examen du passage du primaire au CEM en Algérie. Nous vous en relayons tous les détails juste ci-après.

Lors de sa présentation de la stratégie du secteur devant la commission de l’éducation, mardi, Belabed a abordé différents points. Il a précisé que la moyenne de passage de l’examen pour passer du primaire au CEM en Algérie ne sera pas pris en compte. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk dans son édition d’aujourd’hui.

Curieux de connaître davantage de détails sur le sujet ?  Ça tombe bien ! On vous livre, dans ce nouveau numéro de Dzair Daily, plus de détails à cet égard. Ainsi, le premier responsable du secteur de l’Éducation en Algérie a annoncé renoncer à l’ancienne méthode de passage. Celle qui concernait les élèves de la dernière année du cycle primaire.

Le ministre a confirmé que la moyenne annuelle de la 5e année du primaire sera adoptée comme seul critère de passage. Ainsi, les élèves dont la moyenne annuelle est égale ou supérieure à 5/10 seront directement admis en cycle moyen. C’est ce dont a fait état la source susmentionnée.

BAC : une nouvelle filière se profile

Par ailleurs, Abdelhakim Belabed a également annoncé la création d’une nouvelle filière pour le BAC 2024 en Algérie. Il a, en outre, déclaré que la création de la filière des arts pour les prochaines éditions du baccalauréat en Algérie était une concrétisation et une consécration de la décision du Président Tebboune.

Celle-ci vise alors à affiner les talents des jeunes Algériens intéressés par l’art dans le secteur de l’Éducation nationale. Ce qui permettra de promouvoir la dimension technique et à lui donner une place dans le système éducatif algérien. En plus de travailler à valoriser les talents et les capacités artistiques dont regorge le secteur de l’Éducation nationale.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes