Pour éviter la flambée des nouveaux habits de l’Aïd, des parents algériens ont fait ce choix (vidéo)

Algérie – Bientôt Aïd El Fitr, comme à l’accoutumée, les parents algériens doivent acheter de nouveaux habits à leurs enfants. Voici ce qu’ils font pour éviter une possible hausse des prix. Tous les détails dans la suite de cet article.

Après les emplettes du ramadan, place à celles de la fête de l’Aïd El-Fitr qui marque la fin du mois du jeûne. Et comme le veut la tradition, qui dit Aïd El-Fitr, dit nouveaux et beaux habits pour les enfants, qui profitent de cette journée spéciale où la concurrence vestimentaire bat son plein. Les parents algériens s’y prennent donc à l’avance dans leurs achats d’habits pour éviter la flambée à la veille de l’Aïd.

En effet, les dépenses liées à cette fête religieuse ont toujours été une véritable saignée pour les ménages. Et cette année ne dérogerait pas à la règle. Même scène, même scénario, mêmes boutiques, mêmes pratiques commerciales. Il n’y a que les modèles de vêtements et surtout leurs prix qui changent. Effectivement, la hausse est bien évidemment vertigineuse partout.

En fait, comme chaque année, et à la veille de toute occasion, les boutiques spécialisées dans la vente de vêtements pour enfants sont bondées de monde et les prix sont brûlants. On y trouve de tout, pour tous les âges et pour toutes les bourses et gammes. Le seul hic, c’est que la qualité se paie cher. Trop cher même pour les parents qui réfléchissent à des solutions pour contourner une explosion des prix.

Aïd El-Fitr 2022 : les tentatives désespérées des parents

Ennahar TV a effectué une virée à travers certains magasins et marchés. Cela près de trois semaines avant l’heureux événement. Et à la surprise générale, ils sont nombreux à vouloir acheter des vêtements pour leurs enfants à l’avance pour passer à côté des probables hausses vertigineuses.

La bonne affaire pour les ménages, c’est une belle tenue de qualité à un prix raisonnable. Pas facile à dénicher, certes, mais l’espoir est toujours permis ! C’est justement cette quête de la bonne affaire qui explique le rush sur les boutiques d’habillement tout au long du mois béni.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes