AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantLes étudiants algériens en France se plaignent de la hausse des frais...

Les étudiants algériens en France se plaignent de la hausse des frais de scolarité

Étudiant – Les témoignages des étudiants algériens en France se multiplient face à la flambée des frais de scolarité. Dzair Daily vous livre davantage de détails, dans ce numéro du lundi 19 décembre 2022.

En effet, nombreux sont les étudiants algériens qui se dirigent, chaque année, vers les universités étrangères, principalement à l’Hexagone. Cependant, l’information des frais de scolarité déstabilise plusieurs portefeuilles des concernés. Face à cette hausse des frais de scolarité, les témoignages des étudiants algériens en France se sont multipliés, rapporte Ennahar.

Effectivement, beaucoup de jeunes étudiants algériens qui poursuivent leurs études en France font face à un réel problème. Il est question de la flambée des coûts de leurs études qui ont précarisé de nombreux jeunes étudiants. Au Havre, près de 250 étudiants étrangers se sont révoltés contre cette situation. Ainsi, pour mettre fin à cet état, les concernés ont interpellé, dans une lettre écrite, les élus ainsi que le directeur de l’université.

Dans le détail, le collectif des étudiants concernés révèle n’avoir pas été prévenu à temps de cette hausse. Parmi les membres internationaux, figure un Algérien, Anis. G qui a fait part de son témoignage face à cette situation. Le jeune étudiant a intégré l’université du Havre en France pour poursuivre ses études en Électronique, Énergie électrique et Automobile. 

Flambée des coûts de scolarité en France : voici le témoignage d’un étudiant

En effet, alors qu’il est en première année Master, le même intervenant a révélé qu’il a été informé, très tard, de cette hausse des frais de scolarité. Soit deux mois après avoir validé son inscription le 4 juillet dernier à cette université. Remonté contre le nouveau système du Havre, Anis. G explique qu’il ne peut pas assurer ses études au sein d’un établissement « dont les coûts se multiplient par 16 ».

Dans son intervention, cet Algérien a révélé qu’il a été contraint de payer la somme de 4.000 euros pour son Master au Havre. Inquiet, l’étudiant a évoqué sa situation financière délicate. Ne pouvant plus vivre dans de telles conditions, Anis songe alors à travailler. Toutefois, sa régularité en France ne lui permet pas. Ce dernier explique alors qu’il ne dispose pas d’un titre de séjour.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici