AccueilSociété et CultureL'ÉtudiantUne étudiante algérienne pratique l'élevage de la mouche soldat noire (vidéo)

Une étudiante algérienne pratique l’élevage de la mouche soldat noire (vidéo)

L’Étudiant – Dans cette édition du dimanche 13 novembre 2022, Dzair Daily rapporte pour vous tout ce que vous devez savoir sur une pratique liée à l’élevage de la mouche soldat noire et menée par une étudiante algérienne. 

En effet, une étudiante algérienne s’adonne, avec ses propres moyens, à l’élevage de la mouche soldat noire. Le média généraliste El Bilad est récemment allé à sa rencontre. Si vous êtes intéressés de connaître plus de détails sur ce sujet, nous vous invitons à lire les lignes qui suivent. 

Billal Hemama, une jeune universitaire, a pu, par de simples méthodes, percer dans le monde de l’élevage de larves. Un travail qui a pour objectif des fins utilitaires. Selon les précisions de la susdite source médiatique, ces insectes font en effet partie des aliments riches en protéines et bénéfiques pour le développement des poissons et de la volaille. 

La jeune femme en question a par ailleurs déclaré que l’idée lui est venue à l’esprit après avoir constaté les prix élevés des aliments dont les pisciculteurs et éleveurs de volailles notamment ont besoin pour nourrir leurs bêtes. Selon ses dires, son projet consiste à réduire le coût de production de celles-ci et conséquemment les tarifs de vente.  

L’élevage de la mouche soldat noire en Algérie : voici plus de détails

L’étudiante algérienne a en outre donné plus de précisions concernant son projet. Effectivement, elle a affirmé que la chenille contient de la protéine animale qui s’élève jusqu’à 60 %. En plus de sa matière grasse qui peut atteindre la barre des 35 %. « Cela sans compter les rôles importants qu’elle peut proposer », a-t-elle en outre souligné. 

Le premier, met-elle en exergue, concerne l’environnement. Selon elle, la chenille se nourrit des déchets et les transforme en produits précieux. S’agissant du deuxième rôle, ladite insecte produit un remplaçant pour l’alimentation des poissons et volailles. « Ce projet est rentable en matière d’importation », met en exergue Hemama. 

Un projet qui permettra, de son avis, à l’Algérie de réduire l’importation des aliments pour animaux. Soit en particulier, le soja et la farine de poisson, dit-elle. Il convient de noter que cette jeune étudiante a fait savoir qu’après la transformation finale, la mouche soldat noire ne représente aucun danger pour l’environnement. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes