AccueilSociété et CultureVoici l'étrange raison qui pousse des Algériens à accrocher des pneus sur...

Voici l’étrange raison qui pousse des Algériens à accrocher des pneus sur le toit de leur maison

Algérie – Auprès du fer de cheval, El khamsa et d’autres, le pneu est toujours envié. Désormais, les Algériens adoptent encore les pneus sur les toits de leur maison. Dans le numéro du 1er août 2022, nous vous livrons la raison de cette croyance.

Si certains rejettent quelques croyances qu’ils jugent futiles, d’autres tiennent encore à leur doctrine. Par exemple, à la daïra d’Achaacha qui se situe dans l’Est de la wilaya de Mostaganem, un phénomène fait toujours l’objet d’existence. En effet, certains Algériens vivant là-bas suspendent des pneus sur le toit de leur maison.

D’après Echorouk, ce fait s’est propagé d’une manière incroyable. Notamment au sein des logements situés en face de la route principale reliant Achrayfiya et le centre-ville d’Achaacha. Dans l’optique de comprendre le secret qui se cache derrière cette étrange tradition, le média susmentionné s’est rapproché de certains concernés.

Ces résidents ont donc avoué que cet acte se fait dans le but de conjurer le mauvais œil et les fléaux. Mais alors, pourquoi choisir un pneu ? Dans le détail, les habitants ont expliqué que ce choix revient à la forme circulaire du pneu qui ressemble au chiffre cinq (05). C’est ce qu’a rapporté la source suscitée. Selon eux, c’est comme faire un signe de la main brandie avec les cinq doigts ouverts (khamsa).

Le pneu : le symbole de protection se propage !   

Si certains se servent des pneus pour éloigner le mauvais œil, d’autres l’utilisent pour préoccuper les passagers. Au micro du média Echorouk, certains confirment que la raison revient à ceux qui ne disent pas « Masha’Allah ». Il faut savoir que d’autres villes de la wilaya de Mostaganem adoptent aussi la suspension des pneus.

Le média suscité a interviewé le sage et l’imam de la mosquée « Al Hidaya », Sabri Ahmed, concernant cette superstition dans l’Islam. Avant tout, l’imam a fait savoir que ces rituels superstitieux se sont trop répandus dans notre société. En guise d’exemple, lors de l’achat d’un véhicule, certains lui accrochent des chaussures sales pour écarter le mauvais sort.

Le même interlocuteur a assuré qu’elle ne serait pas la seule amulette prise en considération. En outre, il a attesté que l’Islam a interdit et a mis en garde quant à ce genre de crédulité. Si certains pensent que ces actes éloignent le mauvais œil, ils se trompent, c’est ce qu’a expliqué l’imam auprès du média Echorouk.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes