Espagne : arrivée de 1.000 harragas Algériens en 72 heures

Voyage –  Le Centre international d’identification des migrants disparus (CIPIMD) a une nouvelle fois fait état d’un chiffre atterrant concernant la traversée clandestine de la Méditerranée. Des milliers de harragas algériens ont envahi l’Espagne ces derniers jours, dont un peu plus de mille (1.000) dans la nuit du mardi à jeudi. Découvrez davantage à ce sujet dans notre numéro du 1er octobre 2021. 

Le risque de se faire prendre par les autorités ou pire encore de faire naufrage et succomber aux affres de la traversée ne parviennent guère à démobiliser les migrants en quête d’un meilleur avenir et faute de visas. Loin de là, le phénomène migratoire ne cesse de prendre de l’ampleur. En témoignent les chiffres enregistrés ces jours-ci. Des milliers de harragas algériens sont arrivés à bord d’embarcations vers les côtes de l’Espagne.

À l’instar du Maroc et de la Libye, l’Algérie est devenue un véritable point de chute de milliers de clandestins duquel partent de nombreuses barques vers l’Europe. Si les conditions d’un transport complètement aléatoire sont extrêmes et dantesques, elles ne découragent pas pour autant les candidats à l’immigration de braver la grande bleue euro-africaine.

C’est en effet le constat qu’a fait un membre du Centre international d’identification des migrants disparus (CIPIMD) et notamment de l’ONG Heroes Del Mar. Il a ainsi indiqué que plus de mille migrants clandestins avaient débarqué sur les côtes espagnoles. « En l’espace de soixante-douze heures ». C’est en effet de ce qu’a précisé Francisco José Clemente Martín. Il s’est exprimé via un communiqué publié, ce vendredi, sur sa page Facebook. 

Un grand nombre de harragas interceptés en mer 

Au cours de cette semaine, mineurs et adultes ont pris le large à partir des principales wilayas de transit d’Algérie, soit Béjaïa, Oran, Mostaganem ou encore Boumerdès. Et cela dans la perspective de s’infiltrer clandestinement dans le monde occidental. Ils ont donc tenté de franchir le détroit de la mer d’Alboran sur de frêles barques. Plusieurs centaines y sont parvenus. 

Ils sont arrivés sains et saufs dans les îles Baléares et plusieurs villes. À savoir Almeria, Alicante et Murcia. Il s’agit là de ce que mentionne en outre Francisco José Clemente Martín. Le responsable a indiqué, dans le même sillage, que plus de quatre-vingt-dix (90) embarcations ont été interceptées par la Guardia civil espagnole. La marine algérienne a, de son côté, réussi à faire tomber dans ses filets un grand nombre de harragas

Il est encore question de ce dont nous apprend le membre du Centre international d’identification des migrants disparus (CIPIMD) et de l’ONG Heroes Del Mar. Il a, par ailleurs, manifesté sa préoccupation face à l’augmentation ininterrompue du nombre de voyageurs illégaux. « La météo clémente de septembre a relancé les départs de migrants clandestins de nationalité algérienne », a-t-il souligné en somme. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes