L’Espagne accepte enfin la hausse des prix du gaz algérien

Énergie – L’Espagne accepte, finalement, la dure réalité de la hausse des prix du gaz algérien. Vous êtes intéressés de connaître plus de détails ? Ne bougez pas ! Dzair Daily vous en dit davantage dans l’édition d’aujourd’hui, mardi 13 septembre 2022. 

Après des mois de négociation, l’Espagne accepte à contrecœur l’augmentation des prix du gaz algérien. En effet, depuis le déclenchement de la crise algéro-espagnole, le groupe Sonatrach a exigé à son partenaire espagnole, Naturgy, une hausse des prix sur le gaz. Et ce, en raison des circonstances que connaît le marché de l’énergie. 

Il s’agit là de ce que rapporte Echorouk dans son quotidien arabophone. Effectivement, le célèbre journaliste espagnol, Ignacio Cembrero, du journal quotidien El Confidencial, affirme cette information. Selon lui, il ne reste que quelques détails partiels avant la finalisation de l’accord. L’Espagne devra accpeter, précise t-il, le prix du gaz à effet rétroactif à partir de octobre ou novembre 2021. 

Par ailleurs, Cembrero a ajouté que Naturgy n’a plus qu’à accepter les prix proposés par la partie algérienne sur une période de trois ans. En revanche, le président exécutif de cette société, Francisco Reynés Massanet, tente de réduire la période à seulement deux (2) ans. Selon lui, les prix du gaz reprendront leur niveau normal après cette période.

Importation gaz algérien par l’Espagne : plus de détails

Il convient de noter que les contrats à terme sur le marché ibérique (Espagne et Portugal) indiquent actuellement que le contrat de gaz pour 2024 s’élève à plus de 114 euros. Soit moins que le prix actuel. Par contre, il reste tout de même cinq fois supérieur au prix qu’il était avant l’épidémie.

L’accord à long terme signé au préalable entre l’Algérie et l’Espagne s’étend au-delà de 2030. En effet, les autorités algériennes ont souligné à plusieurs reprises en pleine crise avec Madrid que l’approvisionnement en gaz se poursuivra. Et ce, dans le cas où l’Espagne respectera les conditions raisonnables fixées par Sonatrach. 

Malheureusement pour la partie espagnole, la crise avec l’Algérie a coïncidé avec l’arrivée des prix du gaz à des niveaux historiques. Ces derniers ont été multipliés par 15 en Europe par rapport à ce qu’ils étaient avant la crise. Soit, jusqu’à 300 euros le mégawattheure contre 20 euros au cours du dernier contrat. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes