Des entrepreneurs algériens boycottent 500 entreprises françaises

Algérie – Les indicateurs révèlent que le rôle de la France dans le pays perd de l’importance après que les entrepreneurs algériens ont boycotté 500 entreprises françaises.

En effet, face aux conflits politiques entre les deux États, les entrepreneurs algériens ont décidé d’avantager des opérateurs d’autres pays étrangers, tels que la Chine, la Turquie et l’Italie, dans les échanges économiques en boycottant et en mettant fin à leurs relations avec 500 entreprises françaises.

C’est du moins ce qu’a annoncé l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA). Au fait, il a été conclu de couper les ponts avec près de 500 entreprises françaises spécialisées dans l’import/export. D’autant plus qu’un communiqué dans ce sens a été rendu public par l’organisme en question.

En outre, il s’agit, selon les spécialistes, d’une décision historique, qui a été prise par les investisseurs et importateurs algériens. Notons qu’ils ont tenu à mettre en avant les intérêts du pays plutôt que leurs propres intérêts économiques. Une décision qui va sûrement avoir un fort impact sur les entreprises françaises. Celles qui doivent prospecter d’autres marchés.

Algérie : la présence économique de la France dans le pays

Au fait, dans le cadre de la diminution de la présence de la France sur le marché local, les hautes autorités ont décidé de ne pas renouveler leurs contrats de partenariat avec un bon nombre d’entreprises. Comme par exemple, celle collaborant avec la SEAAL et celle en lien avec le Métro d’Alger.

De ce fait, le gouvernement a décidé de se tourner vers le marché chinois, turque et italien. Mais aussi, procéder à la valorisation des compétences nationales. Cela, en encourageant la production locale et se diriger notamment vers le marché africain qui est un marché tout aussi propice. Cela dit, d’énormes pertes annuelles ont déjà été relevées par les spécialistes.

Et ce, après que l’Algérie a mis en place quelques règles dans les relations économiques entre les deux pays. Cependant, après les discours du président de la République, Abdelmadjid Tebboune constituerait un nouveau cap. On parle des réponses aux déclarations de son homologue français, après laquelle la situation risque de se corser davantage.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes