Énergie : Vers la fabrication de chauffe-eaux solaires en Algérie

Algérie – Dans le cadre des efforts visant à réduire la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment, Chems Eddine Chitour, ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, annonce le lancement prochain de la fabrication locale de 3.000 chauffe-eaux solaires. 

En effet, Chems Eddine Chitour s’est exprimé sur les ondes de la Radio nationale Chaîne 3, ce mardi 20 avril. Il s’est donc prononcé sur la transition dans le domaine de l’énergie en Algérie, rapporte l’APS, en affirmant que 3.000 chauffe-eaux solaires seront fabriqués localement. 

Cette opération, explique-t-il, rentre dans le cadre de la première étape de l’accomplissement de la convention signée la semaine dernière. Les signataires sont le ministère de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables et celui de l’Industrie. Une initiative d’un geste éco-citoyen qui fera baisser la consommation énergétique nationale de 10 %.

Ce qui équivaut à 2,5 milliards de dollars à économiser. C’est selon toujours le responsable. Ce dernier a par ailleurs fait savoir que pour la première fois, « le ministère de l’Habitat s’oriente à moyen terme vers un cahier des charges de construction comprenant la dimension énergétique ». Un élément qui sera  « nécessaire à l’obtention du certificat de conformité », précise-t-il.

« Installation prochaine d’un laboratoire d’analyses de l’efficacité énergétique », d’après le ministre 

Concernant les projets menés dans le pôle du commerce, Chems Eddine Chitour a dévoilé le prochain accord. L’Algérie l’a signé avec des Sud-Coréens. C’est pour la mise en œuvre d’un laboratoire d’analyses. Cette structure portera sur l’efficacité énergétique de différents produits en Algérie.

D’un autre côté, le ministre soulève l’affaire de l’appel d’offre relative au lancement de 1.000 MW d’énergie solaire. Le projet est prévu pour juin 2021. Il pourrait faire l’objet d’un report. C’est possible qu’on le repousse à une date ultérieure, déclare l’intervenant. Chitour évoque aussi la possibilité de remplacer le gaz naturel par l’hydrogène. Cela, à partir de 2030. 

Rappelons que l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chems Eddine Chitour en l’occurrence, s’est vu nommé en juin dernier. C’était suite à un remaniement opéré par Tebboune, il s’est trouvé à la tête de son ministère actuel. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé