Emploi en Algérie : les décisions de Tebboune

Algérie – Le secteur de l’emploi a figuré parmi les axes clés du Conseil des ministres qui s’est tenu hier sous la présidence de Abdelmadjid Tebboune. On vous expose les détails, ce 14 mars 2022.

Lors du Conseil des ministres, qu’il a présidé hier, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a abordé plusieurs secteurs dont celui de l’emploi en Algérie. À cet effet, le chef d’État a émis un ensemble de directives. On vous dévoile cela d’après le communiqué de la Présidence rendu public sur Facebook.

À la suite de la présentation du Premier ministre, un bilan de l’activité gouvernementale a été dévoilé. Autrement dit, on a mis en lumière l’évolution des projets d’investissement en cours. Ainsi, dans ce rapport périodique on retrouve la levée des restrictions sur 109 projets d’investissement supplémentaires. En plus de l’entrée de 66 autres projets en exploitation.

Puis, on a également fait état de la création de 2.420 emplois supplémentaires. Selon la même source, les chiffres datent des deux dernières semaines seulement. Par conséquent, on indique l’équivalent de 30.133 postes d’emploi crées depuis le début de la levée des restrictions. Cela, dans l’optique de bientôt atteindre 48.553 postes d’emploi.

Secteur Industriel en Algérie : voici les instructions de Tebboune

Afin de débloquer les projets d’investissement en suspens, le président algérien a ordonné l’application d’un ensemble de mesures. C’est pourquoi, il a insisté sur le principe de la liberté d’investissement et d’initiative. En plus de la stabilité du cadre législatif de l’investissement pour une période d’au moins dix ans.

Dans ce contexte, Tebboune a mis en exergue les procédures dans le domaine du traitement des dossiers d’investissement. Notamment ceux qui dépendent de l’autofinancement. De ce fait, il exige le renforcement des prérogatives du guichet unique. À savoir, celles concernant le traitement des dossiers d’investissement dans des délais bien déterminés..

Finalement, dans le dossier de l‘investissement en Algérie, le dirigeant a mis l’accent sur les allégements fiscaux. Cela, en apportant une attention particulière à certains secteurs ou régions par rapport à d’autres. De ce fait, l’impact de la dépense destinée à augmenter la richesse de l’entrepreneur devra être visible dans la création d’emplois, a-t-on précisé.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes