Emmanuel Macron regrette les « malentendus » avec l’Algérie

France – Le Président de la République, Emmanuel Macron, « regrette les polémiques et les malentendus » avec l’Algérie et souhaite développer les relations entre les deux pays.

En effet, dans ce contexte de tensions politiques entre l’Algérie et la France à la suite des récents propos du Président de la République, Emmanuel Macron, ce dernier tente d’apaiser les tensions et révèle qu’il regrette même « ces polémiques et ces malentendus », d’après ce qu’a rapporté l’Élysée, hier. C’est du moins ce qu’a été indiqué dans cette édition du mercredi 10 novembre 2021 de L’Expression.

Pour rappel, Macron avait fait quelques déclarations liées à l’Algérie et à son histoire qui ont offensé le Président et le peuple algériens. De ce fait, les conséquences ont été lourdes. Tebboune a publiquement exprimé son mécontentement et des mesures radicales ont été prises vis-à-vis de l’Hexagone.

Au fait, de nombreux entrepreneurs algériens ont décidé de couper les ponts et rompre leurs relations avec les entreprises françaises. Certaines institutions et administrations ont même exprimé leur volonté de carrément bannir la langue française. Seulement, l’Élysée voudrait mettre ces tensions de côté. Sachant qu’elles ont pris une ampleur assez importante.

Algérie – France : Macron souhaite développer la relation entre les deux pays

En outre, un conseiller lors d’un briefing de presse consacré à la conférence sur la Libye s’est exprimé davantage. Il a précisé que le chef d’État, Emmanuel Macron serait « fortement attaché au développement de la relation » entre l’Algérie et la France. Et qu’il manifeste du plus grand respect pour la nation algérienne et son histoire.

Au fait, ces déclarations ont eu lieu à la suite d’une entrevue du Président Abdelmadjid Tebboune accordée à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel. Le locuteur a clairement indiqué qu’on « ne touche pas à l’histoire d’un peuple, et on n’insulte pas les Algériens ». Il a notamment précisé qu’il ne sera pas celui qui va faire le premier pas pour apaiser les tensions.

De son côté, l’Élysée cherche surtout à développer la relation bilatérale entre les deux pays. Cela dans le but de répondre aux intérêts des deux populations, mais aussi pour faire face aux grands défis régionaux. Comme pour la Libye. Et ce, en tentant d’agir pour rendre le pays plus stable.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes