Éducation Algérie : le Cnapeste en grève à partir de demain

Algérie – Comme prévu par le Cnapeste, la grève aura bel et bien lieu dès demain dans le secteur de l’Éducation dans notre pays. 

C’est donc à partir de demain que le syndicat du Cnapeste entamera une grève de deux jours qui parlysera le secteur de l’Éducation nationale en Algérie le 2 et 3 novembre. Cet arrêt de travail sera renouvelé chaque semaine. Découvrez les revendications. 

Alors, le syndicat réclame une augmentation des salaires des enseignants. De ce fait, la demande de l’organisation syndicale s’accentue avec la baisse du pouvoir d’achat sans précédent. Dans cette optique, l’association souligne que ladite grève ne se rétractera que si les 12 revendications soulevées sont satisfaites.

D’ailleurs, l’autre point abordé par le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’Éducation est le logement. Ici, on demande à ce que le dossier du logement de l’enseignant soit prioritaire. Car, il s’agit d’un moyen fondamental pour assurer la stabilité et la bonne exécution des fonctions de l’instituteur et du professeur. 

Parmi ces revendications, on fait référence également au dossier de la retraite. Mais aussi, à celui des œuvres sociales et la médecine du travail. Et au dossier de mise à jour de l’allocation, indemnité région. En outre, le renforcement et la protection des libertés syndicales figurent parmi les demandes clés du Cnapest. C’est ce que rapporté Ennahar, ce 1 novembre 2021. 

« Le volume horaire de travail pèse lourd sur les enseignants »

Ainsi, le Cnapeste met en exergue la réduction du volume horaire pour les enseignants. C’est-à-dire, en tenant compte de la circonstance exceptionnelle, de nouveaux postes doivent être ouverts pour absorber les heures supplémentaires assignées aux enseignants.

De surcroît, le syndicat a exigé la régularisation de la situation des enseignants de l’enseignement technique et des instituteurs. Des postes qui sont en voie de disparition. On parle ici des éléments ayant terminé leur formation après le 3 juin 2012.

Par conséquent, ce qui est recherché est leur promotion automatique au rang d’enseignant formateur. Sans oublier, les enseignants du technique au secondaire et les assistants. C’est dans le but de les promouvoir aux grades de base et nouvellement créés.

Cependant, le Cnapeste réclame également l’accélération de l’ouverture de postes suffisants pour une promotion dans les grades nouvellement créés « principal et formateur ». Finalement, l’initiateur du mouvement de grève met l’accent sur l’importance de reconsidérer les tâches non pédagogiques. Celles assignées aux enseignants du primaire.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes