Économie : 100 entreprises étrangères intéressées par le marché algérien

Algérie – Plus de 100 entreprises étrangères attendent la réponse de l’ANDI après avoir déposé leurs dossiers pour pénétrer dans le marché Algérien. Les détails suivront dans cette édition du mercredi 27 octobre 2021.

En effet, dans le but de bénéficier de privilèges et d’exonérations fiscales de la part du Gouvernement algérien, plus de 100 entreprises étrangères intéressées par le marché en Algérie ont soumis leurs demandes d’investissement auprès de l’Agence nationale de Développement de l’Investissement (ANDI).

Au fait, d’après ce qu’a rapporté le quotidien arabophone Echorouk, ces investisseurs attendent un verdict, qu’il soit négatif ou positif. Celui des autorités compétentes sur leurs dossiers déposés sur la table de l’ANDI. Même si, certains ont déjà entrepris leurs activités grâce à des partenariats avec des entreprises locales, en attendant ces exonérations.

Dans le détail, alors que le nombre des dossiers était auparavant un peu plus de 50, aujourd’hui il s’élève désormais à plus de 100 dossiers. Il s’agit des demandes d’investissement dans les différents secteurs d’industrie alimentaire, d’énergie renouvelable, d’énergie et d’industrie mécanique. Cela dit, ces investisseurs n’ont émis aucune demande en rapport avec la construction automobile.

Nouvelle loi sur l’investissement en Algérie : les entreprises étrangères s’impatientent

En outre, tout comme « Total », nombreuses sont les entreprises étrangères qui ont commencé leurs activités en Algérie. Cela, même avant que l’ANDI ait tranché par rapport à leurs demandes. Celles qui vont leur permettre de bénéficier de quelques avantages fiscaux.

Cela dit, selon la source sus-citée, la nouvelle loi relative à l’investissement devrait être publiée dans le Journal Officiel d’ici la fin de l’année en cours. Sachant qu’au cours du dernier Conseil des ministres, on a mis sur la table le dossier en question. De ce fait, on doit le transmettre aux différents ministres et chefs de grandes entreprises pour observation et étude.

Toutefois, il serait attendu que cette nouvelle réglementation donne plus de pouvoirs à l’ANDI. Et ce, en permettant à ses membres d’avoir une certaine indépendance dans l’étude des dossiers à l’avenir.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes