Doctorat en Algérie : vers de nouvelles conditions d’accès plus exigeantes

Algérie – La conférence nationale des universités s’est accordée sur une nouvelle conception du concours de doctorat avec des conditions plus exigeantes, qui doit avoir lieu début 2022. On vous explique tout, dans cette édition du 9 octobre 2021.

En effet, une délégation d’étude spéciale a achevé la préparation de nouveaux projets portant sur la réforme des conditions d’accès au troisième cycle universitaire en Algérie en vue de l’obtention du diplôme de doctorat. Ils ont présenté un résumé de cette étude au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Abdelbaqi Benziane et aux doyens.

C’était lors de la conférence nationale des universités. L’assemblée a approuvé à l’unanimité les nouveaux changements qui affectent le concours de doctorat. Et ce, afin de l’adapter aux normes internationales adoptées dans toutes les universités du monde. C’est ce dont nous informe le quotidien arabophone Echourouk.

Selon la vision proposée, à partir de ce mois d’octobre, les universités soumetteront les offres de formation du doctorat. Elles afficheront les spécialités ouvertes. Et le nombre de postes disponibles pour les candidats. Tout ça en prévision de la période des épreuves écrites. Celle-ci est programmée par le ministère de tutelle pour janvier 2022. 

Des offres de formation en adéquation avec la réalité du marché du travail 

Les universités devraient aussi soumettre des projets de doctorat conformes aux exigences de l’environnement social et économique. Ça doit convenir aussi à l’établissement concerné et aux besoins et à la valeur de ses recherches scientifiques.

Le ministère a prévu de réduire le nombre de postes de doctorat. Désormais, les concours seront soumis à de nouveaux critères, qui seront plus complexes à remplir. Ce nouveau paramètre sera de vigueur dans toutes les universités du pays. Toujours selon le même média.  

Selon Echorouk, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique mise sur ces nouvelles conditions d’accès au troisième cycle universitaire pour redonner sa valeur au diplôme de doctorat. Il est malheureusement devenu étroitement associé au terme chômage.

Le doctorat et le spectre du chômage 

Le ministère déclare qu’il existe actuellement environ 22.000 docteurs en chômage. Et ce, parce que les projets de recherche récemment ouverts n’ont pas pris en compte les besoins de l’université. Et les besoins économiques du pays.

Désormais, plusieurs changements seront apportés au mode de candidature au concours de doctorat. Les nouveaux critères mettront en avance la valeur du projet de recherche. En plus d’étudier profondément les dossiers des candidats aux épreuves écrites

Il semble que le ministère tend à réduire les offres de formation en doctorat. Cela en les liant aux besoins réels des projets de recherches scientifiques dans les universités. Et à leur apport réel à l’environnement socio-économique du pays.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes