Digital African Summit : à la veille de l’événement, l’Algérie prête à accueillir les exposants

Algérie – Le Digital African Summit ouvrira ses portes à Alger du 31 mai au 2 juin. Découvrez dans la suite de cette édition du 30 mai tous les détails concernant la tenue de ce salon.

Le Digital African Summit réunira en Algérie plus de 1.200 décideurs et 100 entreprises exposantes venus de 20 pays du monde. L’événement sera organisé au niveau du Centre international des conférences à Alger. Et durera 3 jours, du mardi 31 mai jusqu’au jeudi 2 juin. Il s’agit de ce que rapporte l’APS.

L’organisateur de l’événement, Bachir Tadjeddine, qui est aussi le président du Groupement algérien des acteurs du numérique GAAN, a déclaré que cette rencontre va réunir les acteurs africains du secteur. Ces derniers tenteront de mettre en place des projets d’avenir en Afrique, mais aussi dans le monde.

Cet événement est parrainé par le ministère de la Poste et des télécommunications. Ainsi que par le ministère de la Numérisation et des Statistiques. Et le ministère délégué auprès du Premier ministère chargé de l’Économie et de la Connaissance des startups. Et il suivra les pas des précédentes éditions de l’Algeria 2.0. 

Le Digital African Summit : 22 startups, 100 entreprises et plus de 1.200 décideurs

Algeria 2.0 n’est autre que l’événement à ne pas rater dans le secteur des technologies de l’information et de la communication TIC. Qui, selon le même intervenant, se réinvente cette année pour faire d’Alger la capitale africaine de l’innovation et de l’entrepreneuriat. Il a ajouté que l’Algérie va contribuer à la transition numérique du continent africain.

Par ailleurs, ce salon international abritera pas moins de 60 conférences et workshops. Ceux autour de la promotion et du développement de la numérisation sur le continent africain. Ces sessions seront animées par des représentants d’entreprises et des spécialistes. Par ailleurs, des rencontres B2B, des afterworks et des sessions de networking animeront également la rencontre.

En outre, et dans le même contexte, Tadjeddine a indiqué que l’Algérie met en place actuellement nombre de mesures pour assurer sa transition vers l’ère du numérique. Grâce notamment à la création de fonds d’investissement. Et à l’allègement des procédures visant à inciter au développement numérique. Et le GAAN, lancé en 2020 compte déjà 500 adhérents travaillant dans le domaine du numérique et plus de 6.000 sympathisants.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes