Devises en Algérie : le Square résiste et se développe en ligne (vidéo)

Algérie – Face aux tentatives du gouvernement algérien de l’éradiquer, le marché informel des devises en Algérie (Square) se met à l’heure du numérique pour survivre. Plus de détails ci-dessous. 

Malgré les nombreuses méthodes, mesures et différentes solutions du gouvernement pour l’éliminer, à l’image de la finance islamique, le Square, lieu incontournable du change des devises en Algérie, se montre résistant plus que jamais. Le marché informel regimbe et plante ses racines profondément dans diverses plateformes pour continuer de coexister en parallèle avec le marché officiel en Algérie. 

Pour se tenir debout, le Square a, en effet, mis en marche un grand mouvement de migration vers les réseaux sociaux. Le média arabophone Ennahar TV a diffusé, hier, un reportage sur le sujet que nous vous rapportons ce 05 juin 2021. Sur des groupes Facebook dédiés au change des monnaies étrangères fortes, des cambistes concluent des ventes. En Algérie ou en dehors de ses frontières, les vendeurs attirent la clientèle en ligne. 

Des publications, dont les auteurs résident dans différents pays, envahissent les réseaux. Chacun sa méthode, mais le but est le même. Il s’agit donc de capter l’attention de ceux qui veulent échanger le dinar contre la devise étrangère, ou vice-versa. Pour en savoir plus sur ce marché virtuel dit « bleu », la chaîne algérienne a contacté un expert judiciaire en finances. 

Le numérique au secours du marché informel des devises en Algérie 

« Sur Viber, Messenger ou encore WhatsApp, des transactions dont le montant est supérieur à un (01) million de dollars se produisent. Des étrangers résidant en Algérie et en dehors du pays traitent avec des Algériens », explique Nabil Djemaa. 

« Grâce au numérique, ils échangent plus d’un million de dollars en trois (03) minutes seulement ». C’est ce que ajoute alors l’expert financier. Dans le temps où le gouvernement multiplie ses tentatives visant l’élimination catégorique de l’informel, celui-ci réussit à se perpétuer loin des regards. 

Ces pratiques numériques deviennent alors un outil clé aux creux des mains des cambistes. Ceux-ci font de leur mieux pour garder leur « petit-emploi », après de très sales temps passés ces derniers mois. Pour ce même marché, les dernières années étaient d’un fleurissement immense. 

Néanmoins, le sol algérien, sur lequel de nombreux avions étaient cloués, n’était plus fertile pour les transactions et le change des devises en raison de la fermeture des frontières. Le marché, qui peine à retrouver sa forme due à la crise sanitaire liée à la Covid-19 et la suspension des vols d’Air Algérie qui ont duré plusieurs mois, s’organise donc sur le front numérique pour survivre. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

error: Contenu protégé